Winamp, iTunes Windows Media Player Real Player QuickTime Web Proxy

En match amical comptant pour les journées FIFA de ce mois de mars, les Eperviers du Togo ont été contraints ce vendredi au partage des points à Alexandrie en Egypte par l’équipe nationale de Libye.

C’est une équipe rajeunie du Togo qui a croisé les crampons avec les Chevaliers de la Méditerranée. Très joueurs et présents dans tous les compartiments du jeu, l’équipe libyenne a su contenir les assauts et velléités des poulains de Claude Le Roy durant les 90 minutes de jeu. Le Sorcier Blanc qui a misé sur de nouveaux joueurs, n’est pas arrivé à trouver la bonne formule pour s’imposer dans cette rencontre.  

Le Togo joue le 28 mars prochain, son second match amical contre les Pharaons d’Egypte. Ces rencontres amicales entrent dans le cadre des préparatifs de l’équipe nationale togolaise pour les éliminatoires de la CAN 2019 au Cameroun.

A.Y.

En détention depuis sept jours pour des faits de troubles à l’ordre public et destruction de bien privé (un véhicule), Gbiak Mindabe, Kanloklare Sayabia et Kanfoire Kinanssoa, ont retrouvé le chemin de la maison, a appris vendredi l’Agence de presse Afreepress de sources policières. Ces trois élèves ont été arrêtés à Dapaong (600 Km au Nord de Lomé) à la suite d’une manifestation des scolaires réclamant le retour de leurs enseignants dans les salles de classe après plusieurs jours de grève.

Pour mettre la pression sur les autorités et obtenir leur libération, la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET) et la fédération des syndicats de l’éducation nationale (FESEN) avaient appelé à une grève de plusieurs jours. Une grève devant débuter à partir de la semaine prochaine.

Les trois élèves ont été accueillis à leur sortie par une délégation de la CSET présente dans la localité. La délégation est conduite par Atsou Atcha, le coordonnateur national.

A.Y.

La seconde phase de la mission du Haut-commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN), a été officiellement lancée vendredi à Lomé par le Premier ministre, Komi Sélom Klassou en présence des présidents des institutions de la  République, des ministres du gouvernement et de plusieurs diplomates accrédités au Togo, a constaté sur place l’Agence de presse Afreepress.

Ce deuxième volet de la mission du Hcrrun concerne la réparation des préjudices subis par  les victimes directes et indirectes des crises sociopolitiques que le Togo a connues entre 1958 et 2005. Ces personnes, a dit le Premier ministre, verront leurs « préjudices réparés symboliquement à travers la restitution, la compensation, la réadaptation, la satisfaction et la garantie de non-répétition » des injustices subies. Disposant d’un fonds spécial de 2 milliards de F CFA, l’institution dirigée par Mme Awa Nana Daboya, utilisera cette somme pour réparer les torts causés à 2.475 victimes des crises pré et post électorales de 2005, sur les 7.057 personnes enregistrées pour cette période.

Le processus qui a démarré ce vendredi, devra se matérialiser dans les prochains jours par l’indemnisation progressive des dommages subis par ces personnes, a fait savoir M. Klassou. Il concernera les victimes directes, les proches parents, les personnes à charge ou toute autre personne ou groupe de personnes ayant un lien avec les victimes directes recensées, a-t-il indiqué.

Au total, 22.415 personnes ont été enregistrées comme ayant été victimes d’actes de violence à caractère politique ou ethnique entre 1958 et 2005. Ces personnes seront indemnisées graduellement, a promis la présidente du Hcrrun.

Trois villes serviront de pôles au Hcrrun pour la mise en œuvre de cette seconde phase. Il s’agit notamment de Kara pour les victimes qui résident entre Cinkassé et  Sokodé, d’Atakpamé pour celles des Plateaux-Ouest et de Lomé pour les victimes recensées dans les régions des Plateaux-Est et Maritime.

A.Y.

Helen Clark, Ancien Premier Ministre de la Nouvelle-Zélande est annoncée en visite  au Togo du 28 au 30 mars prochain, a appris l’Agence de presse Afreepress d’un communiqué rendu public vendredi par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Au Togo, l'actuel administrateur du PNUD aura des entretiens avec le Président de la République, Faure Gnassingbé, le Premier Ministre, Komi Sélom Klassou et des membres du Gouvernement.

Plusieurs autres rencontres sont inscrites à l’agenda d'Hélen Clark au cours de son séjour de 48 heures au Togo. Elle se rendra dans les locaux de la start-up INNOV’UP, qui est le premier centre incubateur pour l’entreprenariat féminin au Togo. Elle est également attendue à Davié (30 kilomètres au Nord de Lomé) pour, indique le PNUD, « y apprécier l’état d’avancement des travaux de construction d’une piste rurale dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) du Togo ».

Durant cette visite officielle, l’ex-Premier ministre de la Nouvelle Zélande aura d’autres entretiens avec la Fédération des femmes chefs d’entreprises de l’Afrique de l’Ouest, souligne le communiqué qui mentionne également qu’elle est appelée à tenir une série de réunions avec l’Équipe pays des Nations Unies et du PNUD. 

Il faut rappeler que c’est avec Helen Clark que le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a signé en février 2016 à New York, le protocole d’accord portant sur le lancement du PUDC qui est un projet « ambitieux » de développement des communautés à la base doté d’une enveloppe de 155 milliards de francs CFA.

A.Y.

Page 1 sur 184

Nos Partenaires

Liens

Contact us

Lome-Togo, +228 9009 4006

Citation Proverbes africains

  • Vouloir plaire au commun est l'apanage des fous