Winamp, iTunes Windows Media Player Real Player QuickTime Web Proxy

« Si vous nous laissez le temps, vous verrez que cette Université sera transformée et je vous donne rendez-vous l’année prochaine ». Ces mots ont été prononcés mercredi 5 juillet 2017 par Pr Komla Dodzi Kokoroko, président de l’Université de Lomé à l’occasion d’une cérémonie de remise de dons à la Bibliothèque centrale de cette université et au Corps de la Police universitaire.

Une occasion saisie par le Professeur de Droit public pour lancer un appel à l’endroit des étudiants. Il a rassuré ceux-ci sur son engagement à satisfaire leurs préoccupations qu’il promet de résoudre dès la rentrée académique 2017-2018. Lors de cette cérémonie, plus de 350 ouvrages de droit et d’économie de « haut niveau » ont été réceptionnés par Dr AVONO K. Mawuégnigan, Directeur de la Bibliothèque de l’Université de Lomé.

« C’est la deuxième fois que nous recevons des livres de la part de la Présidence cette année, et donc progressivement nous allons acquérir de nouveaux ouvrages pour faciliter les recherches aux étudiants et en même temps aux enseignants. Le programme de la présidence de l’UL, est de fournir des livres aux écoles et Facultés et donc progressivement, nous allons atteindre toutes les facultés », a laissé entendre Dr AVONO qui a rendu un « vibrant hommage » au Président de l’Université de Lomé pour les innovations qu’il apporte au monde universitaire.

En marge de cette cérémonie, une autre a eu lieu et a consisté en la remise de matériels de maintien d’ordre au Corps de la Police Universitaire (COPUL) de Lomé. Les dons ont été réceptionnés par AFANOU Koissivi, chef de ce corps de police.

 

Le matériel se compose d’une voiture 4X4, de quatre motos, de matraques, de menottes et de torches. Les hommes et femmes composant ce corps ont exprimé à l’administration universitaire, leur reconnaissance et ont réaffirmé leur engagement à travailler en vue de sécuriser les personnes et les biens sur le campus de l’Université de Lomé. « Ces outils de travail nous permettront de bien accomplir nos missions surtout avec la voiture d’intervention et les motos destinées aux patrouilles dans les recoins de l’Université », a affirmé le Chef Corps de la Police Universitaire.

Pour sa part, le Président de l’Université de Lomé a exprimé son engagement à améliorer les conditions de vie de ses étudiants. « Je veux être jugé demain ou après demain sur mes bilans positifs », a-t-il déclaré.

Il faut noter que l’Université de Lomé est aujourd’hui en cours de rénovation. L’administration universitaire a permis l’installation de la connexion WI-FI à haut débit sur le domaine de l’Université, la rénovation des Amphis et leur équipement,  l’implantation d’une  cinquantaine de reposoirs devant la bibliothèque de cette université ainsi que le début à partir de la rentrée prochaine, des études de Master dans toutes les Facultés.

Raphaël A.

©Afreepress-(Lomé, le 05 juillet 2017)- L’Observatoire Togolais des Médias (OTM) s’agrandit avec l’entrée de nouveaux membres. A l’occasion d’une Assemblée générale extraordrinaire organisée mercredi à la Maison de la presse à Lomé, l’OTM a admis quatre nouvelles organisations professionnelles de la presse en son sein. Une démarche recommandée par les états généraux de la presse tenue en juillet 2014 à Kpalimé (120 Km au Nord-Ouest de Lomé) et mise en œuvre ce mercredi par l’OTM.

« Nous formons une grande famille et j'espère qu'à partir de maintenant vous allez oublier la casquette de votre association d'origine pour travailler pour le bien-être de la presse en général », a laissé entendre au cours de cette rencontre, Aimé Ekpé, président de l’OTM.

Les quatre nouvelles associations qui siégeront dorénavant dans ce tribunal des pairs sont entre autres : l’Association togolaise des organes de presse privée en ligne (ATOPPEL), le Syndicat national des journalistes indépendants du Togo (SYNJIT), le Patronat de la presse togolaise (PPT) et l’Union des radios et télévisions du Togo (URATEL).

L’admission de la presse en ligne à l’OTM, a fait connaître Aimé Ekpé, répond à une exigence. Celle d’accorder sa place à la presse en ligne dans la famille des médias togolais. « Nous sommes heureux d'accueillir ces nouvelles compétences au sein de l'OTM. Nous connaissons bien chacun des nouveaux membres et nous savons qu’ils vont nous apporter de leurs expériences », a souligné le président de l’OTM à l’issue de la rencontre.

A.Y.

La police de proximité. Le concept a été évoqué au Togo pour la première fois il y a plus de trois (03) ans par le Colonel Damehane Yark. Le but, a-t-il dit à cette, époque était de redéfinir les rapports des services de police avec les populations en vue de garantir une sécurité adéquate,  restaurer un climat de confiance entre les forces de sécurité et la population, passer d’une police de réactivité à une police proactive. Plusieurs ateliers de formation et de renforcement des capacités des agents des forces de l’ordre et de sécurité ont été organisés dans plusieurs villes du pays sur ce concept. Ces ateliers ont réuni aussi bien les fonctionnaires de police et de gendarmerie chargés de donner vie à la police de proximité, que les populations qui sont les destinataires de ce nouveau service de sécurité.

Plus de trois ans après le début de cette réforme, où en est le chantier ?

La question a été posée aux responsables en charge de la réforme. Selon les informations recueillies par l’Agence de presse Afreepress, le chantier « évolue très bien » et est de plus en plus assimilé et accepté par les populations.

Pour exemple, en plus du Commissariat Central, la ville de Lomé a été organisée en neuf (9) Commissariats d’Arrondissement de Police dont trois nouvellement créés à Adamavo, Logopé et Adidogomé. D’autres commissariats d’Arrondissement de Police ont été également créés à Atakpamé, Sokodé et Kara. L’implantation de ces nouveaux commissariats de police répond, selon le ministre Yark, au souhait du gouvernement de rapprocher les services de sécurité des populations.

C’est aussi ce que pense Bertin Assan Koffi, préfet de Kloto pour qui, la sécurité est la condition préalable à tout développement et pour produire cette sécurité, les forces de police ont besoin d’une meilleure collaboration avec les populations. « Cette collaboration est difficile en raison de la crise de confiance qu’il y a entre ces deux acteurs de la sécurité. C’est pourquoi, la mise en œuvre du concept de police de proximité qui vise à restaurer cette confiance est une initiative louable », a-t-il laissé entendre à l’ouverture d’un atelier de formation organisé sur le sujet à Kpalimé en août 2016.

Une initiative soutenue par la Fondation Hanns Seidel qui entend promouvoir une bonne entente entre les forces de l’ordre et les populations par un changement de mentalité et de comportements. Pour la Fondation, le Togo a fait de grands efforts dans le domaine. Des efforts salués par le représentant régional pour l’Afrique de l’Ouest de la fondation, Dr Klaus GRÜTCHEN qui se satisfait de la « volonté politique clairement affichée par les autorités politiques togolaises de mettre en œuvre le concept de la police citoyenne/de proximité que sa fondation a lancé dans certains pays de la sous-région ». Cette volonté, souligne-t-il, s’est traduite par la diligence dans la conduite des activités qui a permis au Togo de rattraper son retard par rapport aux autres pays dans la mise en œuvre de ce concept.

Il faut rappeler que la police de proximité n’est pas une autre police mais plutôt un mode de fonctionnement de la police qui prend en compte la demande de sécurité exprimée par la population. Elle est un nouveau concept qui, par ses objectifs et organisation, tend à faire de la police une institution moderne, outillée et performante, capable de satisfaire la demande sociale en matière de sécurité et respectueuse des droits de l’Homme. Le concept est né au regard des déviances de comportements constatées lors des missions de police et le souci de raffermir les relations entre la police et la population.

Komi A.

C’est finalement les Blacks Stars du Ghana que les Eperviers locaux affronteront dimanche 9 juillet 2017 en match amical au stade de Kégué à Lomé. L’information a été portée à la connaissance du public sportif mardi à travers un communiqué officiel de la Fédération Togolaise de Football (FTF). 

Le communiqué indique en substance que « dans le cadre des préparatifs du CHAN 2018 au Kenya, les Eperviers locaux rencontreront leurs homologues les Blacks Stars du Ghana ce dimanche 9 juillet 2017 à 15h00 GMT au stade de Kégué ».

A cet effet, la FTF informe le public sportif togolais que les tarifs d’accès au stade seront de 500 FCFA sur les gradins, 1000 FCFA pour la tribune ouverte et 5000 FCFA pour la tribune officielle.

Pour rappel, les Eperviers locaux ont été battus à Ouagadougou dimanche 2 juillet dernier pour leur première sortie amicale par leurs homologues du Burkina Faso.

Raphaël A.

Page 4 sur 223

Nos Partenaires

Liens

Contact us

Lome-Togo, +228 9009 4006

Citation Proverbes africains

  • Lorsque ton pied ramasse la merde, tu ne le coupes pas mais tu dois le laver.