Winamp, iTunes Windows Media Player Real Player QuickTime Web Proxy

Restructurer en profondeur le groupe Togo Télécom dans le but d’améliorer la qualité des communications au Togo. C’est le chantier dans lequel se lance le gouvernement togolais dans le but de la mise en place d’un unique opérateur national des télécommunications qui soit en accord avec les meilleures pratiques en vigueur sur le plan international.

La démarche a été communiquée jeudi par le gouvernement au sortir du Conseil des ministres présidé par le président de la République, Faure Gnassingbé.

Selon les termes du communiqué ayant sanctionné cette rencontre hebdomadaire du gouvernement,  l’Etat togolais a convenu de créer une holding en matière des communications électroniques au Togo. Cette holding comprenant trois filiales et dénommée « TOGOCOM » a été créée par décret adopté par le et dotée d’un capital social de 1 000 000 000 F CFA. « Elle est garante de l’efficacité du groupe dont elle définit la stratégie. A ce titre, elle fixe les objectifs et contrôle les résultats des filiales qu’elle détient à 100% », indique le conseil des ministres.

Cette transformation est motivée, selon le gouvernement par la haute exigence d’efficacité et de compétitivité dans le secteur des télécommunications ceci dans le but de rattraper le retard accusé par le Togo en matière de connectivité et de besoin d’un service de qualité et d’une connexion de haut débit sur l’ensemble du territoire à des prix  abordables.

Des filiales de TOGOCOM ont également été créées par décrets et portent notamment sur les attributions et organisation de la filiale Infrastructure de TOGOCOM, temporairement dénommée « Togo InfraCom ». Elle sera en charge des investissements à long terme ainsi que de la construction et de l’exploitation des infrastructures fixes et mobiles, indique le conseil des ministres. Le second décret concerne la création, attributions et organisation de la filiale Service, temporairement dénommée « Togo ServiceCom » qui sera chargée de proposer des offres convergentes et innovantes (voix et Internet, fixe et mobile) aux clients, particuliers et aux entreprises.

« Enfin, le quatrième décret porte création, attributions et organisation de la filiale Installation et support à la maintenance, temporairement dénommée « Togo InstalCom ». Elle est responsable de l’installation, de la réparation et de la maintenance des équipements. Chacune de ces filiales est dotée d’un capital social de 500 000 000 F CFA », souligne le communiqué ayant sanctionné le conseil des ministres de ce jeudi 13 juillet 2017.

Les avantages de cette transformation sont multiples, poursuit le communiqué qui parle de l’amélioration de la qualité des services à la clientèle, l’extension de la couverture de l’Internet très haut-débit à l’ensemble de la population et la baisse significative des prix qui devront s’aligner sur les prix les plus bas du continent.

Cette transformation est une opération interne qui n’affecte pas les services et les opérations courantes des sociétés Togo Télécom et Togo Cellulaire, a souligné le gouvernement.

A.Y.

Les activités portuaires sont en croissance ces derniers mois au Togo. Avant la fin de l’année, le Port autonome de Lomé attend traiter plus de 16 millions de tonnes de marchandises. Le nombre de conteneurs déchargés au cours des quatre premiers mois de l’année au Port autonome de Lomé est de 5 millions de tonnes essentiellement destinés aux pays de l’hinterland (Niger, Burkina Faso, Mali…), ont fait connaître jeudi, les responsables du PAL à l’occasion d’une rencontre avec les médias.

Le but de cette rencontre, a fait savoir le Directeur général du Port autonome de Lomé, est de rendre public les chiffres réalisés par le port au cours de l’année 2016 et 2017 mais aussi, parler de ses projets futurs. Le Port autonome de Lomé est classé en deuxième position en Afrique des ports pouvant accueillir de gros navires de dernière génération après l’Afrique du Sud. C’est un avantage que le Togo a sur les autres pays africains comme le Ghana, le Sénégal, a laissé entendre le Directeur du PAL.

Pour l’année 2016, le port de Lomé a traité près de 14 millions de tonnes de marchandises. Un résultat en recul par rapport à l’année 2015. Une baisse qui est, selon le Contre-Amiral ADEGNON, lié à des multiples facteurs dont le principal est « l’application du règlement 14 » de l’UEMOA interdisant la surcharge des camions. « Cette application a fait que les opérateurs économiques ont préféré aller dans les autres ports de la sous-région. Certains pensent qu’en prenant beaucoup de marchandises dans un seul camion, ils peuvent gagner plus, alors que ce règlement était destiné à préserver leurs véhicules et l’état de nos routes », a-t-il dit rapportant que l’Etat togolais était en train d’apporter des améliorations à la situation ce qui de son avis, aura pour effet l’amélioration des résultats du PAL pour le compte de l’année 2017.

Adégnon a également évoqué les grands projets en instance de réalisation destinés à permettre au port de Lomé d’être plus efficace comme la délocalisation du port de pêche hors de la zone du port de Lomé, l’aménagement des voies de desserte, la réhabilitation, l’extension et la modernisation du quai minéralier, l’aménagement d’un port sec à l’intérieur du pays, la construction d’un chemin de fer devant parcourir tout le Togo. « Le port autonome de Lomé veux se positionner comme un hub de la sous-région », a souligné le Contre-Amiral, Fogan Kodjo ADEGNON.

Raphaël A.

Comme annoncé par le Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN), les cérémonies de purification du Togo ont effectivement démarré jeudi 06 juillet 2017 dans le canton de Bè à Lomé. Ont pris part à cette cérémonie, de nombreux prêtres de la religion traditionnelle, des autorités administratives et locales de la ville de Lomé et une foule de curieux.

Ces cérémonies selon les prêtres traditionnels ont démarré dans le canton de Bè depuis le 02 juillet 2017 par des actes de reconnaissance et des offrandes offerts aux âmes des Togolais morts depuis le début du processus démocratique il y a une vingtaine d’années. Ces cérémonies, ont fait savoir les officiant sont adressées aux personnes décédées par noyade, par pendaison, par accident ou par les flammes. 

Ce sont les berges de la lagune de Bè qui ont été choisies comme lieu devant accueillir ces cérémonies de la zone Sud de Lomé. Un lieu, qui selon Togbui Assiobo Gnagblondjro III, a été choisi par les « oracles » eux-mêmes. Ce choix, a fait savoir le président de la Confédération nationale des prêtres traditionnels du Togo se justifie par le fait qu’il y a eu à cet endroit plusieurs cas de noyades depuis l’époque coloniale jusqu’aujourd’hui. Le but de ces cérémonies est, selon Togbui Assiobo Gnagblondjro III, « d’apaiser les âmes de ceux qui sont morts par noyade, par accident, par pendaison... ».

La pluie a un sens dans la religion traditionnelle, a fait savoir pour sa part, Togbui Louis Kwami Mawuko Adela Aklassou IV, chef du canton Bè qui estime que la pluie de mercredi et de ce jeudi est un message des dieux adressé aux Togolais et un signe « symbolique et mystique » venant de leur part pour le Togo.

Le chef du canton Bè a poursuivi ses propos en mettant l’accent sur la symbolique de la pluie de ces derniers jours qui selon lui, prouve que l’initiative a été véritablement « acceptée par les dieux » et les mânes des ancêtres.

Ces cérémonies qui ont également été organisées dans la préfecture d’Agoè, se poursuivent vendredi dans les couvents et recoins du pays.

Il faut signaler la présence à cette cérémonie de la présidente du HCRRUN, Awa Nana Daboya.

Théophile K.

A l’issue du 29èmesommet des chefs d’Etat et de gouvernements de l’Union Africaine, tenu à Addis-Abeba en Ethiopie du 3 au 4 juillet 2017, le ministre des Affaires Etrengères et de l’Intégration Africaine, Robert Dussey a fait le point de la participation de la délégation togolaise à cette grande messe africaine. C’était ce mardi, tout juste à la fin des travaux,  a appris l’Agence de presse Afreepress.

Selon Robert Dussey, c’est la première fois que le président de la République, Faure Gnassingbé arrive à une session de l’Union Africaine en tant que président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). C’est important, a-t-il souligné, parce qu’avant l’ouverture du sommet, les chefs d’Etat et de gouvernements avaient déjà eu une réunion extraordinaire de la CEDEAO consacrée à la réforme institutionnelle au niveau de l’organisation sous régionale, a-t-il révélé.

La réunion dont il est question, a-t-il poursuivi, a permis pour la première fois au Togo de revoir les postes statutaires au niveau de l’organisation sous régionale. « Nous avions 21 postes statutaires au niveau de la CEDEAO. II est question maintenant de revenir à 17 postes. Donc, c’est une responsabilité importante », a-t-il fait savoir.

«Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse». C’est le thème de cette 29ème session de l’UA. Une thématique « pertinente » aux yeux du chef de la diplomatie togolaise pour qui, le Togo est en avance sur cette thématique pour la simple raison, a-t-il dit, qu’il y a plusieurs actions menées par le gouvernement pour améliorer les conditions de vie des populations et celles particulièrement de la jeunesse des villes et des campagnes.

« Nous nous sentons parfaitement à l’aise parce que nous avons avancé sur tous ces projets et ces pôles de développement et nous pensons que discuter de cette question ici, à l’Union Africaine, c’est plutôt une contribution que le Togo est en train de faire. Et cette contribution du Togo est déjà reconnue par les Nations Unies », a-t-il soutenu.

La délégation togolaise a regagné Lomé mercredi en provenance d’Addis-Abeba.

Raphaël A.

Page 3 sur 223

Nos Partenaires

Liens

Contact us

Lome-Togo, +228 9009 4006

Citation Proverbes africains

  • Lorsque ton pied ramasse la merde, tu ne le coupes pas mais tu dois le laver.