Winamp, iTunes Windows Media Player Real Player QuickTime Web Proxy

Le président burkinabè Roch Marc ChristianKaboré, élu fin novembre, a formé mercredi un gouvernement de trente ministresdans lequel il assume les fonctions de ministre de la Défense, indique undécret publié mercredi matin à Ouagadougou.

Comme le président Blaise Compaoré, chassé en octobre 2014 par la rue après27 ans au pouvoir, M. Kaboré a choisi de prendre le portefeuille de la Défenseet des Anciens combattants.

La réforme de l'armée est une préoccupation dans un pays où l'armée joue unrôle politique prépondérant et dont l'histoire est constellée de coups d'Etatet de tentatives de putsch.

Sept des neuf chefs d'Etat que le pays a connu depuis son indépendance en1960 étaient des militaires et M. Kaboré est le premier civil à êtredémocratiquement élu dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest.

- 'Tolérance zéro' sur la corruption -

Le gouvernement dirigé par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, unéconomiste, ancien de la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest(Bcéao), compte sept femmes dont Hadizatou Rosine Coulibaly Sori, qui étaitune des favorites pour la Primature. Elle occupera le poste stratégique deministre de l'Economie et des Finances.

"Les orientations qui ont prévalu à la formation de ce gouvernement, c'estd'abord le patriotisme. Aujourd'hui, nous avons besoin de dirigeants qui sontdes patriotes", a expliqué à la presse le Premier ministre.

"C'est un gouvernement de combat, un gouvernement d'engagement, parce quecompte tenu des sacrifices qui ont été consentis par notre jeunesse, notrepeuple, il nous revient de relever le défi, de se concentrer sur le combatqu'il faut mener contre le sous-développement, l'injustice, l'impunité et lapauvreté", a ajouté M. Thiéba.

Outre la stabilisation démocratique du pays, le gouvernement doit faireface au chômage massif et endémique des jeunes (les moins de 30 ansreprésentent jusqu'à 70% de la population) et à la pauvreté dans un pays deplus de 17 millions d'habitants dont plus de 40% vivent en dessous du seuil depauvreté.

Le Premier ministre a aussi promis un "code d'éthique et de bonne conduite"
afin d'"éviter toutes les déviations" et une "culture du résultat"."Tous les ministres doivent donner l'exemple dans leur comportement de tousles jours par rapport à la corruption, au népotisme, aux abus, à l'éthique età la probité.", a-t-il indiqué.

"Ce sera la tolérance zéro. Chaque fois qu'il y aura des manquements parrapport à l'éthique, à la probité, ce sera la tolérance zéro", a insisté M.Thiéba.

L'ancien maire de Ouagadougou pendant 17 ans, Simon Compaoré, sera lenuméro 2 du gouvernement avec le portefeuille de l'Administration territorialeet de la Sécurité intérieure.

Ancien apparatchik du régime Compaoré comme M. Kaboré, Simon Compaoré est,avec le président de l'Assemblée Salif Diallo notamment, une des figures duCongrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) de Blaise Compaoré (avec lequelil n'a pas de lien de parenté) qui avaient quitté le parti pour former leMouvement du peuple pour le progrès (MPP).

Avec le MPP, M. Kaboré a remporté l'élection présidentielle du 29 novembreet le MPP est la première force de l'Assemblée nationale élue le même jour.

Deux journalistes proches du MPP font partie du gouvernement. Alpha Barry,
fondateur de la radio Oméga FM et ancien correspondant de Radio France
internationale (RFI), devient ministre des Affaires étrangères et de la
Coopération.

Rémi Fulgence Dandjinou, directeur général d'une télévision privéed'information continue, est ministre de la Communication.

Deux membres du gouvernement de la Transition mis en place après la chutede Compaoré restent au gouvernement. Bessolé Réné Bagorro, ex-ministre de
l'Urbanisme, devient garde des Sceaux alors que le professeur Filiga Michel
Sawadogo reste ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Deux partis d'opposition, qui ont signé un accord de gouvernement avec le MPP, sont représentés.

L'Union pour la renaissance/parti sankariste (UNIR/PS, se réclamant del'ancien président burkinabè Thomas Sankara) dont le candidat, Me BénéwendéStanislas Sankara, est arrivé quatrième à la présidentielle, a obtenu deuxportefeuilles: l'Environnement (Nestor Bassière) et les Ressources animales ethydrauliques (Somanogo Koutou).

Tahirou Barry, troisième de la présidentielle (3,09%), prend le ministèrede la Culture et du Tourisme.

SOURCE : AFP

« Il est attendu l’arrivée très prochaine d’une mission du Millennium Challenge Corporation (MCC)
au Togo en vue de discuter de l’ensemble des actions à entreprendre ».

C’est une partie du communiqué ayant sanctionné le conseil des ministres de ce mercredi 13 janvier, présidé par le chef de l’Etat,
Faure Gnassingbé.

A la fin de sa rencontre annuelle en décembre 2015, le conseil d’administration du MCC, présidé par le Secrétaire d’Etat américain,
John Kerry, a choisi le Togo pour bénéficier du programme seuil du Millenium Challenge Account (MCA), connu sous le nom de Treshold.

Ce programme permettra au Togo de bénéficier entre 5 et 60 millions de dollars américains. Le Togo, il faut le rappeler, a validé dix (10)
des vingt (20) indicateurs de cette initiative américaine à l’endroit des pays africains pour relever le défi de la pauvreté. 

Pour être éligible au programme le plus consistant du MCA, à savoir le programme Comapct qui met à la disposition des pays bénéficiaires une
enveloppe financière gratuite de 200 à 500 millions de dollars américains, le Togo doit faire un petit effort en matière de
gouvernance. Les autorités togolaises sont déjà à pied d’œuvre pour qu’à la réunion prochaine du conseil d’administration du MCC en
décembre 2016, le Togo soit déclaré éligible.



Telli K.

En conseil des ministres ce mercredi sous les auspices du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, le gouvernement a pris un décret de réorganisation de la gendarmerie
nationale, compte tenu, selon le communiqué qui a sanctionné la réunion, des « défis actuels et prévisibles auxquels le Togo fait face ou pourra faire face ».

Ce nouveau décret induit deux (2) principales innovations dans l’organisation de la gendarmerie togolaise, un corps militaire chargé
de missions de police. Il s'agit de la mise en place de nouveaux organes déconcentrés de commandement opérationnel et de soutien de la
gendarmerie sur le territoire national et la création de nouvelles unités spéciales devant permettre à la gendarmerie de faire face
efficacement aux nombreux défis sécuritaires, notamment la montée du terrorisme, de la piraterie, des trafics illicites, de la contrebande
de faux médicaments, du grand banditisme et de toutes les autres formes de criminalité.

« Ce décret participe de la volonté du président de la République d’organiser le fonctionnement de la gendarmerie nationale, de lui
assurer une meilleure montée en puissance et de lui donner toutes les capacités techniques et opérationnelles au regard des défis actuels et
prévisibles auxquels notre pays fait face ou devra faire face dans les conditions optimales. Il assure également à la gendarmerie nationale,
un meilleur cadre de collaboration avec les autres acteurs nationaux », indique le communiqué.

Pour rappel, depuis un certain temps, la capitale togolaise et ses environs et certaines localités de l’intérieur du pays font face à une
criminalité sans précédent. Des vols à mains armées conduisent à la mort ou à des blessures graves de pauvres populations, sans que les
forces de sécurité arrivent véritablement à enrayer le phénomène. 

Le terrorisme porté par la secte islamique Boko Haram, devenu Etat islamique en Afrique de l’ouest, fait planer beaucoup d’incertitudes
sur les Etats de la sous-région ouest africaine.

Cette réorganisation de la gendarmerie intervient après la réorganisation du dispositif général de l’organisation militaire
territoriale démarrée en juin 2014 et qui a vu la création de deux (2) régions de gendarmerie et deux (2) régions militaires et deux (2)
régions de police pour une synergie d’action entre toutes les forces de défense et de sécurité.



Telli K.

La fête traditionnelle « Gadao Adossa » de la préfecture de Tchaoudjo, une localité située dans la
région de Sokodé (338 km au nord de Lomé) a été célébrée par les filles et fils de ladite localité, a appris l’Agence Afreepress.

C’est en présence du ministre de la Communication, de la formation civique, de la culture et des sports, Guy Madjé Lorenzo, de certains
membres du gouvernement et d’une forte mobilisation de la population de ladite localité venue des quatre (4) coins du monde et plus
précisément du Togo pour célébré leur fête traditionnelle.

Plusieurs activités étaient inscrites au programme de cette célébration, en première lieu la prière d’ouverture qui a été faite à
l’intention du Togo et de ses dirigeants, de la danse Adossa encore appelé la danse du sabre exécuté par les hommes et la danse Kossopar
des femmes de Tchaoudjo.

Pour clôturer les manifestations de cette célébration, le Groupe Toofan a tenu en haleine à travers un grand concert géant, la
population de Sokodé.


Elisabeth S.

Nos Partenaires

Liens

Citation Proverbes africains

  • Si tu es neutre en situation d'injustice, c'est que tu as choisi le coté de l'oppresseur 

    Desmond TUTU