Winamp, iTunes Windows Media Player Real Player QuickTime Web Proxy

Le Togo ambitionne devenir une technopole en Afrique de l’Ouest. Pour cela, il lui faut disposer d’infrastructures numériques de qualité permettant d’offrir des services adaptés aux besoins des usagers.

C’est dans la droite ligne de la mise en œuvre de cette idée que le gouvernement vient d’annoncer l’avancée du programme de transformation en filiale des sociétés d’Etat Togo télécom et Togo cellulaire pour en créer une entité unique forte et à même de répondre efficacement aux besoins des populations. « Engagé sur les instructions du Président de la République avec pour objectif de rattraper le retard accusé par notre pays en matière de connectivité et pour assurer un accès de qualité aux services de téléphonie pour tous, à des coûts abordables, le processus de transformation se déroule d’une manière participative et prend en compte les propositions émanant des cadres et experts des deux sociétés », relève le gouvernement qui rapporte qu’un « diagnostic sans complaisance de l’existant » a d’ores et déjà  été dressé avec à la clé, des résultats encourageants « engrangés ».

Il ne reste plus qu’à passer à la réorganisation des deux sociétés en un groupe avec une filiale «infrastructures fixe/mobile» chargée des investissements, une filiale «des installations et support à la maintenance» regroupant les équipes d’intervention terrain et une filiale « services fixe/mobile » qui proposera des offres convergentes et innovantes aux clients particuliers et entreprises à des prix très attractifs, insiste le communiqué du conseil des ministres tenu mardi à Lomé.

Il faut rappeler que la société d’Etat Togo Télécom, chargée des communications fixes et filaires est confrontées depuis plusieurs années à des difficultés de trésorerie conduisant au remplacement de ses premiers dirigeants. Mais jusque-là rien n’a véritablement changé. L’idée est désormais de sauver cette société en mettant à profit, les qualités de gestion observées à Togo cellulaire, une société qui présente des résultats flatteurs sur plusieurs exercices.

A.Y.

Les autorités togolaises ambitionnent déployer l’internet haut débit sur l’ensemble du territoire national. Ceci passera nécessairement par le déploiement d’une fibre optique entre Lomé et Cinkassé, localité située à 600 Km à la frontière entre le Togo et le Burkina Faso.

La mise en œuvre de ce projet « assurera la baisse des coûts de communication et améliorera très significativement la qualité de service au Togo et dans les échanges avec la sous-région et plus largement avec le reste du monde », assure le gouvernement.

Pour financer ce projet, l’Etat togolais a annoncé avoir soumis des requêtes à la République du Japon en marge de la TICAD VI organisée par la coopération japonaise les 27 et 28 août 2016 à Nairobi au Kenya.

A.Y.

Une délégation suisse, conduite par Anne Lugon-Moulin, Secrétaire d’Etat adjointe pour l’Afrique subsaharienne des questions développement, a été reçue en audience ce mercredi à Lomé par le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé.

Au cœur des discussions entre les deux (2) parties, les opportunités d’affaires que la Suisse peut saisir au Togo.

« Nous voulons montrer un signe d’amitié au Togo. Cela fait un temps qu’il n’y a pas une visite officielle de Berne au Togo. C’est le moment de marquer l’appréciation de ce qui se passe ici en matière économique, d’opportunités et de développement de la sécurité maritime à la suite du Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la question qui s’est tenu à Lomé », a déclaré Mme Lugon-Moulin au sortir de l’entretien avec le président togolais.

Pour rappel, l’Ambassadeur de Suisse au Togo a pris part au Sommet de l’UA à Lomé.

Modeste K.

Depuis le 15 septembre, les bruits courent que le coût de passage des véhicules aux différents postes de péage sera revu à la hausse. L’information a été confirmée ce lundi par un communiqué des ministres de l’Economie et des finances, Sani Yaya et des Infrastructures et des transports, Ninsao Gnofam.

Les deux (2) ministres auteurs du communiqué n’ont pas donné les raisons qui poussent le gouvernement à renchérir le coût de passage des véhicules aux postes de péage.

Les nouveaux tarifs entrent prennent effet ce mardi sur l’ensemble des postes de péage. Ainsi, les tricycles qui étaient hors-taxation, vont payer désormais 200 francs CFA au passage. Les véhicules légers passent de 300 francs CFA à 500 francs.

Voici le libellé des nouveaux tarifs

Tricycles : 200 francs CFA le passage

Véhicule léger : 500 francs le passage

Minibus de maximum 25 places : 1000 francs le passage

Bus, autocar : 2000 francs le passage

Camion : 3000 francs le passage

Poids lourd articulé : 4000 francs le passage

Telli K.

Page 5 sur 14

Nos Partenaires

Liens

Citation Proverbes africains

  • Si tu es neutre en situation d'injustice, c'est que tu as choisi le coté de l'oppresseur 

    Desmond TUTU