Winamp, iTunes Windows Media Player Real Player QuickTime Web Proxy

A l’issue du 29èmesommet des chefs d’Etat et de gouvernements de l’Union Africaine, tenu à Addis-Abeba en Ethiopie du 3 au 4 juillet 2017, le ministre des Affaires Etrengères et de l’Intégration Africaine, Robert Dussey a fait le point de la participation de la délégation togolaise à cette grande messe africaine. C’était ce mardi, tout juste à la fin des travaux,  a appris l’Agence de presse Afreepress.

Selon Robert Dussey, c’est la première fois que le président de la République, Faure Gnassingbé arrive à une session de l’Union Africaine en tant que président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). C’est important, a-t-il souligné, parce qu’avant l’ouverture du sommet, les chefs d’Etat et de gouvernements avaient déjà eu une réunion extraordinaire de la CEDEAO consacrée à la réforme institutionnelle au niveau de l’organisation sous régionale, a-t-il révélé.

La réunion dont il est question, a-t-il poursuivi, a permis pour la première fois au Togo de revoir les postes statutaires au niveau de l’organisation sous régionale. « Nous avions 21 postes statutaires au niveau de la CEDEAO. II est question maintenant de revenir à 17 postes. Donc, c’est une responsabilité importante », a-t-il fait savoir.

«Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse». C’est le thème de cette 29ème session de l’UA. Une thématique « pertinente » aux yeux du chef de la diplomatie togolaise pour qui, le Togo est en avance sur cette thématique pour la simple raison, a-t-il dit, qu’il y a plusieurs actions menées par le gouvernement pour améliorer les conditions de vie des populations et celles particulièrement de la jeunesse des villes et des campagnes.

« Nous nous sentons parfaitement à l’aise parce que nous avons avancé sur tous ces projets et ces pôles de développement et nous pensons que discuter de cette question ici, à l’Union Africaine, c’est plutôt une contribution que le Togo est en train de faire. Et cette contribution du Togo est déjà reconnue par les Nations Unies », a-t-il soutenu.

La délégation togolaise a regagné Lomé mercredi en provenance d’Addis-Abeba.

Raphaël A.

Le président de la République, Faure Gnassingbé, en marge de la 29ème session ordinaire de l’Union Africaine (UA) qui se tient dans la capitale éthiopienne du 03 au 04 juillet 2017, s’est entretenu lundi avec plusieurs personnalités présentes à Addis-Abeba. « La première personnalité introduite auprès du chef de l’Etat est le Président palestinien, SEM Mahmoud Abbass. L’entretien a porté sur des questions d’intérêt mutuel tenant à la coopération bilatérale et à la coexistence pacifique entre les peuples », informe un communiqué de la délégation togolaise.

Le chef de l’Etat s’est également entretenu avec Pr Yemi Osibanjo, Président par intérim de la République fédérale du Nigéria et le Directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le paludisme, la tuberculose et le VIH, Dr Mark Dybul.

Avec le Nigérian Osibanjo, le chef de l’Etat a abordé des questions d’intégration régionale au sein de la CEDEAO. « Les deux dirigeants, sensibles au thème du sommet en cours ont également partagé leurs expériences respectives dans l’optimisation du dividende démographique par la promotion et l’autonomisation de la jeunesse », indique le communiqué de la présidence togolaise.

Il a également concédé une audience à Yoshifumi Okamura, représentant du gouvernement japonais pour la paix et la stabilité internationales. Le diplomate japonais a « félicité le chef de l’Etat pour sa récente élection à la présidence en exercice de la CEDEAO. Les perspectives du partenariat entre le Togo et le Japon, notamment dans le cadre de la mise en œuvre de la TICAD ont également été abordées, de même que les efforts de renforcement de la paix sur le continent », a appris l’Agence de presse Afreepress.

Mme Amina Mohammed, Secrétaire générale adjointe des Nations unies a également été reçue par le président en exercice de la CEDEAO dans la journée de lundi.

Le sommet de l’UA se poursuit mardi avec les travaux en plénière et des nomination au sein de la commission de l'UA. La rencontre prend fin dans la soirée de ce mardi.

A.Y.

Le 29e sommet de l'Union africaine (UA) a officiellement démarré lundi au siège de l’organisation africaine dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba. Placée sous le thème : « Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse », cette rencontre offre l’occasion aux chefs d’Etat et de gouvernements de faire le point sur les activités de paix et de sécurité en Afrique ainsi que sur la création de la zone de libre-échange continentale (ZLEC) et la mise en œuvre de l'Agenda 2063.

Dès l’ouverture du sommet, les présidents ont tenu une séance à huis clos sur la question de la réforme de l’organisation continentale pour plus d’« efficacité» dans ses actions, informe la présidence togolaise dans un communiqué rendu public ce lundi.

Les réformes envisagées portent également sur la problématique du financement de l’UA qui veut se rendre plus autonome vis-à-vis des financements chinois et occidentaux et conforter sa crédibilité sur le plan international. Les chefs d’Etat et de gouvernement présents à Addis-Abeba procéderont justement à la fin du sommet, au vote du budget 2018 de l’organisation. Un budget qui selon les informations, accordera plus de places aux financements androgènes de l’organisation.

Pour sortir de sa dépendance financière, l’UA a confié au Rwandais Paul Kagamé, un projet de réformes. Kigali a opté pour la mise en place d’une nouvelle taxe de 0,2 % sur tous les produits non africains qui sont importés sur le continent. Une mesure qui devrait permettre de financer plus de 80 % des activités de l’Union africaine.   

Des débats sont prévus durant cette première journée sur cette proposition et sur le thème général du sommet qui parle de la valorisation du dividende démographique du continent pour impulser son développement.

Le sommet prendra fin mardi 04 juillet sur des nominations, essentiellement au niveau de la commission.

A.Y.

Le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine, Robert Dussey a présidé lundi, une séance de travail avec une mission du Commonwealth en séjour au Togo pour faire le point du processus d’adhésion du pays à l’organisation, a appris l’Agence de presse Afreepress.

Cette rencontre fait suite au passage en février dernier au Togo d’une première mission du Commonwealth au cours duquel les émissaires du Commonwealth ont échangé avec les acteurs politiques, de la société civile et les responsables d’institutions de la République afin de juger le niveau de démocratisation du pays.  

Pour les autorités, une adhésion au Commonwealth permettra au Togo d’agrandir le champ de ses rapports avec les Etats ayant en partage la langue anglaise et diversifier ses relations commerciales et de coopération à travers le monde.

Cette mission constitue la seconde d'une série de quatre pour consacrée à l’étude du dossier de candidature du dossier du Togo à l’organisation.

Le Commonwealth est une organisation intergouvernementale créée en 1949 et regroupant les anciennes colonies britanniques. Elle est devenue ces dernières années plus flexible dans sa charte en intégrant les pays non anglophones mais épris de paix, de liberté et engagés dans la promotion des valeurs de démocratie, des droits de l’Homme et de bonne gouvernance.

Raphaël A.

Page 1 sur 14

Nos Partenaires

Liens

Citation Proverbes africains

  • Si tu es neutre en situation d'injustice, c'est que tu as choisi le coté de l'oppresseur 

    Desmond TUTU