Winamp, iTunes Windows Media Player Real Player QuickTime Web Proxy

L’ancien Premier ministre, Agbeyomé Messan Kodjo était dimanche l’invité politique de Radio Pyramide FM, une station de radio privée de Lomé où il a passé en revue l’actualité sociopolitique de l’heure. L’opposition peut-elle, à l’heure actuelle, faire plier le pouvoir de Faure Gnassingbé et remporter les prochaines échéances électorales ? L’ancien président de l’Assemblée nationale togolaise pense que cette opposition a encore du chemin à faire pour y arriver.

« Les rapprochements opérés récemment entre certains regroupements de l’opposition ne permettent toujours pas d’impulser le changement que les togolais attendent et désirent. Si l’opposition veut conquérir le pouvoir, il va falloir qu’elle s’en donne les moyens en définissant son propre agenda. Elle doit être unie et parler un même langage », a-t-il recommandé tout en saluant la stratégie adoptée par le groupe des six et le CAP2015. Une stratégie qu’il trouve « bonne mais pas suffisante ». Il faut que ce regroupement s’ouvre aux autres formations politiques de la famille de l’opposition, surtout aux « forces émergentes », préconise-t-il.

L’économiste et ancien Directeur général du Port Autonome de Lomé n’a pas boudé son plaisir au moment de parler de la situation socioéconomique du Togo. Une situation qu’il présente comme « difficile ». Pour Agbéyomé Kodjo, la « misère est ambiante » dans le pays et n’épargne personne que ce soit le petit peuple ou les cadres. « Les Togolais crient leur misère. Cette dernière s’amplifie dans le pays et ce n’est plus seulement les plus faibles qui expriment le besoin de quémander. C’est aussi le fait de personnalités insoupçonnées », a-t-il fait savoir encourageant les autorités gouvernementales à mener une lutte sans ménagement à la corruption et aux crimes économiques.

Il faut que l’Etat togolais mobilise des moyens pour développer le secteur des Technologies de l’information et de la communication ainsi que celui de l’agriculture, des secteurs qui selon le natif de Tokpli, sont de grands pourvoyeurs d’emplois.

Au pouvoir de Faure Gnassingbé, le président du parti OBUTS a délivré un message. Celui d’une nécessaire alternance et changement qui à ses yeux, sont les meilleurs moyens de développement du pays en permettant à chacun de s’essayer à la gestion du pays et en laissant le peuple sanctionner en cas de défaillance.

A.Y.

Le président de la République du Gabon, Ali Bongo Ondimba achève ce vendredi une visite de 48 heures entamée depuis jeudi 13 juillet au Togo. Le chef de l’Etat gabonais, qui conduit une « forte délégation » au Togo, a été accueilli à son arrivée à l’aéroport international Gnassingbé Eyadema de Lomé Tokoin par son homologue togolais, Faure Gnassingbé.

Cette visite est présentée par la Présidence de la République du Togo comme la « réaffirmation de la bonne entente et des excellentes relations qui règnent depuis des décennies entre le Togo et le Gabon ». « Ce déplacement du Président gabonais s’inscrit dans le cadre du raffermissement des relations de coopération entre le Togo et le Gabon, et celle des sous-régions ouest africaine et centrale », indique un communiqué rendu public par la Direction de l’information et de la communication de la Présidence togolaise.

Les deux personnalités, poursuit le communiqué, ont eu des entretiens en tête-à-tête au cours desquels des sujets portant sur la coopération Sud-Sud notamment entre la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), ont été abordés.

Les présidents Ali Bongo Ondimba et Faure Gnassingbé ont également parlé de la question du terrorisme qui endeuille le continent. «Plusieurs de nos pays sont confrontés au problème de terrorisme. Tout ceci a un impact sur le développement économique de nos deux régions. Ce sont des sujets d’inquiétude pour nous tous. Nous avons discuté de la meilleure manière pour nos deux régions de s’entendre pour lutter contre ce fléau », ont indiqué en chœur, les deux personnalités.

Une question, qui selon les parties togolaise et gabonaise, ne préoccupe pas uniquement la CEDEAO, mais aussi la CEEAC. Ces deux organisations travaillent à faire en sorte que les deux organisations puissent mieux coopérer pour lutter contre ce fléau et le combattre dans un cadre international. 

Le chef de l’Etat gabonais achève son séjour togolais ce vendredi.

A.Y.

Tikpi Atchadam, président du Parti National Panafricain (PNP) a tenu parole et fait sa « démonstration de force » à Lomé comme il l’avait promis à ses militants et à l’opinion nationale. C’était au cours d’un meeting organisé dimanche au stade de la jeunesse Club d’Agoè auquel a pris part une foule des « grands jours », a constaté sur place un reporter de l’agence de presse Afreepress.

Un « nouveau soleil » va bientôt se lever au-dessus de tous les Togolais, a fait savoir le leader du PNP au cours de cette rencontre. « La nuit de l’éclipse, est artificielle. La  nuit se révèle sous les traits typiques d’un jour voilé. Il suffit de déchirer ce voile qui nous empêche de voir le soleil qui brille sur nos têtes et autour de nous », a-t-il fait savoir utilisant le symbole du soleil pour appeler l’assistance à se mobiliser autour des idéaux de son parti. « Nous sommes à quelques pas de la fin. Je veux dire à quelques heures du jour dévoilé. Nous ne sommes pas loin du jour et je vois le jour », a martelé M. Atchadam pour qui, ce jour sera annoncé dès « l’aurore par un soleil radieux d’Afrique » et verra un Togo « digne et respecté », un « Togo réconcilié à jamais avec lui-même ».

Il a par ailleurs appelé les populations à s’apprêter à répondre à son appel à une «véritable procession de pacifistes ». « Chacun de nous a mille et une raison pour prendre part à la marche pacifique du siècle devant ouvrir la voie à la reconnexion du Togo à la seconde près. Seconde à laquelle Sylvanus Olympio fut assassiné », a-t-il laissé entendre tout en prenant ses distances de ce qu’il appelle « la violence verbale comme physique ». Le PNP n’est pas un parti qui prône la violence, a-t-il tenu à faire savoir. Il a mis l’accent dans son intervention sur le caractère « pacifique » des manifestations de ses partisans.

Il faut rappeler que c’est la seconde manifestation de « taille » qu’organise cette formation politique dans le pays après celle tenue à Sokodé (400 Km au Nord de Lomé).

Raphaël A.

Le Togo dispose désormais de 116 communes. La loi portant création de ces communes a fait l’objet de discussions et de vote vendredi 23 juin à l’Assemblée nationale. Sur un total de 91 députés, 59 ont voté en faveur et 21 contre cette loi qui est présentée par Christophe TCHAO, président du groupe parlementaire UNIR comme un « tournant décisif vers la décentralisation ».

« La décentralisation est à un tournoi décisif de son histoire. Le développement harmonieux de notre pays qui doit se réaliser en faveur de nos populations exige la mise en place des structures adéquates dans nos localités  », a-t-il indiqué

Un point de vue qui n’est pas « partagée » par le groupe parlementaire de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), pour qui cette adoption constitue un « coup de force ». « En votant ce projet de loi, le gouvernement inculque encore une fois le règne de la division et du tribalisme », a laissé entendre, Isabelle AMEGANVI, présidente du groupe parlementaire ANC au parlement.

Une position rejetée par le ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, Payadowa Boukpessi, pour qui le découpage a été fait selon des critères « scientifiques en tenant compte de la situation géographique, des aspects sociologiques et historiques, des potentialités économiques locales et des aspects démographiques des préfectures concernées ». Toutes les préfectures du Togo se retrouvent avec au moins 2 communes et le Grand Lomé compte 12 dont 6 pour la nouvelle préfecture d’Agoè.

«Ces communes sont créées sur la base d’un regroupement judicieux des cantons ou des quartiers de certains grands cantons proposé dans la feuille de route sur la décentralisation et les élections locales établie par le comité créé à cet effet par le gouvernement », a informé le ministre

Théophile K.

Page 1 sur 44

Nos Partenaires

Liens

Contact us

Lome-Togo, +228 9009 4006

Citation Proverbes africains

  • Lorsque ton pied ramasse la merde, tu ne le coupes pas mais tu dois le laver.