Escroquerie autour du test de dépistage à l’aéroport de Lomé

par icilome.com

Décidément la crise sanitaire du Coronavirus fait couler beaucoup d´encre et de salives ces derniers mois. Cette crise qui dure aujourd´hui un peu plus d´un an sert d’occasion ou d´alibi surtout à des régimes autoritaires comme celui du Togo, notre pays, pour justifier et renforcer la répression contre tous ceux qui pensent autrement. La corruption, le détournement des deniers publics et la gabegie économique sous toutes ses formes, en toute impunité, étant la chose la mieux  partagée dans le landernau politique  togolais, il ne serait pas étonnant que les gestionnaires officiels du COVID19 dans notre pays soient en face d´une aubaine pour faire de faux rapports aux organismes internationaux, à l´OMS (Organisation Mondiale de la santé), par exemple pour leur extorquer des fonds qui vont directement dans des poches parallèles.

Et comme la mal-gouvernance, faite de massives violations des droits de l´homme et de la gestion clientéliste des fonds publics en toute impunité est forcément contagieuse, les fonctionnaires ou autres cadres de l´administration, pour peu qu´ils soient de près ou de loin associés aux activités liées au Coronavirus, seraient tentés eux aussi d´avoir leur part du gâteau préparé au four de la corruption, du vol et de l’escroquerie. C´est la malheureuse expérience qu´ont dû faire deux de nos compatriotes résidant en France et revenus au pays dans le mois de mars 2021 par l’aéroport de Lomé. Les nommés X et Y arrivent à Lomé mi-mars pour un séjour d´à peu près deux semaines. Ayant été testés négatifs depuis la France, leur entrée sur le territoire togolais se passe sans problème. Mais au retour dans leur pays d´adoption, il leur fallait présenter une attestation de dépistage prouvant qu´ils ne portent pas le virus en eux. Et ce test de dépistage devrait se situer à trois jours avant la date de sortie du territoire.

Nos deux compatriotes respectent le délai et se présentent régulièrement pour le test le 15 mars 2021. Les prélèvements nécessaires furent effectués, les 40 000 Frs CFA de frais  par personne versés et le lendemain 16 mars 2021  les résultats leur sont envoyés à l´adresse mail fournie à leur arrivée. C´est négatif et les deux n´avaient plus à se faire de soucis pour leur vol-retour. Ils auraient raison de jubiler si nous n’étions pas au Togo où les méthodes de voyou, dans tous les secteurs presque de la vie publique, sont devenues une seconde nature. Les choses deviennent plus intéressantes pour l´un des deux: Le Monsieur reçoit comme son aîné le courrier électronique le 16 mars 2021 à 12 h 54 min. 38 sec (GMT) indiquant le caractère négatif du test. Après une heure d´intervalle, précisément à 13 h 53 min. 19 sec (GMT) un deuxième mail tombe dans la boîte avec cette fois-ci le résultat contraire, c’est à-dire positif. Les trois courriers sont signés par les mêmes personnes officiant à l´aéroport de Lomé. En résumé, le test est négatif pour le frère aîné travaillant à Paris; mais pour son frère cadet il est à la fois négatif et positif. Ici, c´est le Togo!

Maintenant que faire? Ils en étaient là à se demander comment un test de dépistage peut-il en l´espace d´une heure passer de négatif à positif quand le téléphone sonna aux environs de 20h. Ne pensez surtout pas que nos agents indélicats à l´aéroport n’ont pas de suite dans les idées; s´ils ont mis en branle leur stratégie pour escroquer les voyageurs, ce n´est pas pour s´arrêter à mi-chemin. L´interlocuteur au bout du fil à cette heure hors-service dit avoir appelé pour le test positif, et il cherchait apparemment à intimider notre ami et l´amener à un marchandage pour lui extorquer de l´argent; car ce dernier a obligatoirement besoin d´un test négatif pour pouvoir prendre l´avion le lendemain. L´agent escroc au téléphone laisse un numéro sur lequel notre ami devrait rappeler pour qu´on lui montre la magie par laquelle son test pourrait redevenir négatif. L´aîné a suivi tout et remarqué l´embarras et le début de panique qui s´emparaient de son jeune frère. Il lui rappelle d´abord l´heure tardive à laquelle le téléphone a sonné, où aucun service n´est plus  ouvert; et lui demande fermement de ne rappeler personne. Le lendemain, 17 mars 2021, les deux arrivent à l´aéroport, se soumettent à toutes les formalités en présentant leurs attestations de test négatif au coronavirus et quittent le Togo.

Voilà l´histoire de deux compatriotes qui avaient failli être victimes d´escroquerie, parce que tout simplement ils avaient rendu visite à la famille, et devraient passer par l´aéroport de Lomé. La crise sanitaire du COVID19 étant devenue une aubaine et surtout un alibi pour les tenants du pouvoir pour tout boucler politiquement, rédiger des rapports exagérés pour extorquer de l´argent aux institutions internationales, à l’OMS par exemple, les agents de l´état chargés de la gestion de la crise, quelle que soit leur position, sont tentés de suivre le mauvais exemple venu d´en haut. Puisqu’à l´arrivée tous les voyageurs sont tenus de s´enregistrer en mentionnant leur profession, le cadet des deux frères voyageurs avait eu le malheur d´indiquer qu´il est chef d´entreprise en France; cela aurait aiguisé l´appétit de ces agents de l´état indélicats qui avaient décidé de mettre à contribution leur talent d´escrocs en falsifiant l´attestation du test afin d´arriver à leur fin: extorquer de l´argent à ce chef d´entreprise qui, pour eux, doit être un homme riche.

Nos compatriotes qui quittent ou arrivent au Togo devraient faire preuve de vigilance et être plus clever comme notre ami X de Paris qui a su rester digne et éviter que des fonctionnaires sans vergogne soutirent de l´argent à son cadet Y, ou lui font accuser un  retard qui aurait pu bouleverser tout son calendrier. On dit souvent qu´il n´y a pas de corrompus sans corrupteurs; nous voulons ajouter qu´il n´y aurait pas assez d´escrocs ou d´arnaqueurs, si les éventuelles victimes faisaient preuve de plus d’intelligence, de courage et de vigilance