Covid-19 au Togo: de « Novissi » à la « gratuité de la scolarité », ces mesures sociales à fort impact

par Togotopnews

La crise sanitaire liée à la pandémie de covid19 a été pour le Togo l’occasion de développer de nouvelles stratégies de politique sociale. Revenu universel de solidarité, gratuité de la scolarité au secondaire pour l’année scolaire 2021 2022, prise en charge par l’Etat, de la tranche sociale des factures d’eau et d’électricité, gros plan sur ces mesures d’envergure prises par le Togo.

Mars 2020, le Togo connaît ses premiers cas de contamination au coronavirus. Rapidement, le pays déploie des mesures pour endiguer la crise sanitaire : couvre-feu, bouclage de villes, restriction dans les transports… Dans les zones concernées, les activités économiques ont fortement tourné au ralenti, particulièrement dans le secteur informel qui regroupe la grande majorité des emplois. Il devient donc  difficile  aux populations  de gagner leur pain quotidien. Mais le gouvernement togolais, à travers certaines mesures les a soulagés. La première initiative sociale d’envergure développée par l’Etat Togolais est le revenu universel de solidarité dénommé « Novissi ».

Qu’est-ce que Novissi ?

Le programme Novissi, soutenu par l’Agence française de développement (AFD), mis en place par l’Etat togolais est un programme de transferts monétaires qui a permis de soutenir tout citoyen togolais éligible ayant perdu son revenu en raison de l’adoption des mesures de riposte contre le Coronavirus. Le programme a consisté à  fournir aux personnes et familles les plus vulnérables, des soutiens financiers mensuels.

Lancé en avril 2020,  au total  820 000 personnes ont bénéficié de cette aide financière.  Une enveloppe de 13,3 milliards de F CFA a été débloquée, selon la ministre Sandra Ablamba-Johnson, Secrétaire générale de la présidence de la République togolaise

À travers Novissi (« solidarité » en éwé), l’État togolais a en effet offert un appui financier bimensuel par transfert monétaire en « mobile money » à des populations rendues davantage vulnérables. Nul besoin de compte en banque : un smartphone basique suffit pour assurer le versement des fonds. Les travailleuses et travailleurs du secteur informel ont ainsi  bénéficié d’un revenu de remplacement à hauteur de 5 250 FCFA mensuels pour les hommes et de 6 125 FCFA pour les femmes.

« Novissi représente une véritable rupture méthodologique avec le passé. Cela préfigure la manière dont les programmes de filets sociaux par transfert monétaire seront dorénavant mis en œuvre dans notre pays », avait indiqué  Cina Lawson, ministre togolaise des Postes, de l’Économie numérique et des Innovations technologiques.

Avec la levée de certaines mesures de restrictions, le gouvernement a mis fin à ce Programme qui a duré 3 mois.  Nombreux sont les togolais qui ont souhaité que la mesure soit rééditer.

Une autre mesure sociale lancée par le gouvernement togolais, en réponse au covid19 est la gratuité de la scolarité au secondaire pour l’année scolaire 2021-2022.

Les élèves exemptés des frais  de scolarité aux collèges et lycées publics sur toute l’étendue du territoire

Le gouvernement togolais a annoncé à la veille de la rentrée scolaire, à travers un communiqué,  la gratuité des frais d’inscription et de scolarité pour le compte de l’année 2021-2022, dans les collèges et lycées d’enseignement public.

La mesure avec effet immédiat, vise selon l’exécutif, à « atténuer l’impact de la pandémie » sur les populations vulnérables, et s’inscrit « dans la poursuite des actions de renforcement de la résilience des populations togolaise ».

Dans son communiqué, le gouvernement explique que la crise sanitaire que traverse le monde a eu des impacts socio-économiques sur les populations et menace de creuser encore plus le fossé des inégalités et des vulnérabilités. D’où cette décision de subventionner les collégiens et lycéens cette année.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que la communauté éducative a accueilli la décision du gouvernement. En prenant cette disposition sociale salutaire, c’est une importante enveloppe que le gouvernement entend investir sur le budget 2022 pour appuyer la gestion des établissements scolaires.

Il faut noter que depuis plus d’une décennie, les efforts consacrés à l’amélioration de la qualité de l’éducation ont eu des résultats significatifs avec l’augmentation du taux d’alphabétisation et du taux d’achèvement. La suppression des frais scolaires au primaire en 2008, la réduction des frais de scolarité pour la jeune fille au collège et au lycée, la création des cantines scolaires, l’ouverture des lycées scientifiques de Lomé et de Kara, la création de 5 nouvelles Écoles Nationales d’instituteurs, l’octroi aux enseignants des primes de rentrée et de bibliothèque et des primes d’incitation à la fonction enseignante ainsi que le programme d’assurance scolaire : School Assur, sont quelques actions à mettre à l’actif du chef de l’État qui a fait de l’éducation, une des grandes priorités de sa politique.

De la prise en charge par l’Etat, de la tranche sociale des factures d’eau et d’électricité

Autre mesure sociale entérinée par l’exécutif togolais dans le prolongement de l’exemption des frais de scolarité et d’inscription est la prise en charge par l’Etat, de la tranche sociale des factures d’eau et d’électricité pour le mois d’août 2021. Cette disposition déjà appliquée entre avril et août 2020, avait bénéficié à des milliers de citoyens (près de 100 000 pour l’eau) et coûté à l’Etat près de 10 milliards FCFA.  La tranche sociale d’eau correspond à une consommation d’eau comprise entre 0 et 10 m3. Quant à celle de l’électricité, elle concerne une consommation de 0 à 40 KWh, aussi bien pour les clients post payés comme prépayés, ayant souscrit à un abonnement 2 fils, 10A maximum et dont l’usage est exclusivement domestique.

Depuis le début de la crise, le Togo se démarque par diverses actions sociales qui profitent aux foyers modestes. Le pays tend à minimiser au maximum le faussé des inégalités entre riches et moins riches.

A cette date, le Togo enregistre un total de 36812 cas confirmés de covid-19 dont 272 décès.