L’adhésion du Togo au Commonwealth se précise

par 24 heureinfo

Le processus d’adhésion du Togo au Commonwealth  entamé depuis plus de cinq ans suit son cours et pourrait aboutir cette année 2021.  Une mission de l’organisation est arrivée à Lomé pour des discussions directes avec des autorités togolaises.

Le Togo a entamé la démarche d’adhésion depuis 2014. Organisation intergouvernementale composée de 54 États membres, presque tous d’anciens territoires de l’Empire britannique, le Commonwealth a pour mission de promouvoir une série de valeurs communes à ses membres telles que l’égalité, la non-discrimination, la démocratie et la primauté du droit.

De fait, informe le ministère de la communication, la mission du Commonwealth à Lomé va échanger avec le Premier ministre, victoire Tomegah-Dogbé et des membres du gouvernement.

Elle va également  rencontrer  d’autres acteurs de la vie socio-économique du pays. « Le Commonwealth a dépêché une mission dans le pays qui va échanger avec les premiers responsables du pays, les organisations de la société civile, les médias et un certain nombre de partis politiques. La mission qui est là est une mission d’évaluation qui aura à verser ses conclusions aux chefs d’Etat et de gouvernements de l’organisation qui donneront ensuite leur réponse à la requête du Togo », a indiqué Franck Missité sur les médias

« Tout cela participe de  la volonté du chef de l’Etat d’ouvrir le pays à d’autres partenariats. Le Togo ne quitte pas la francophonie, il demeure membre à part entière. Le Togo reste un pays francophone. On va seulement renforcer les programmes d’enseignement de l’Anglais. Le Togo est un État indépendant et peut adhérer à l’organisation de son choix. Ce n’est pas une façon de couper les ponts avec la France. Nous voulons simplement réactiver d’autres partenariats. Le Commonwealth c’est un marché de 2 milliards de consommateurs. C’est une opportunité pour le Togo. Nous allons également nous frotter à d’autres cultures. », a-t-il ajouté.