la BM alloue 20 millions de $ au projet filets sociaux et services de base

par 24 heureinfo

La Banque mondiale (BM) a approuvé le 23 juin, un financement de 20 millions  en faveur du Togo pour soutenir les communautés et ménages les plus affectés par la pandémie de coronavirus (COVID-19). Le financement additionnel au projet Filets sociaux et services de base (FSB) servira à renforcer l’aide économique d’urgence fournie par le gouvernement togolais aux populations pour qu’elles puissent mieux faire face aux conséquences de la COVID-19.

« La pandémie de COVID-19 a eu des conséquences économiques désastreuses sur les ménages togolais, particulièrement les personnes les plus pauvres et vulnérables », a souligné Hawa Wague, représentante résidente de la Banque mondiale pour le Togo, dans le communiqué de presse.

. « En permettant d’étendre les filets de sécurité sociale et d’étendre la couverture des transferts monétaires à ceux qui en ont le plus besoin, tout en accompagnant la reconstruction de leurs activités économiques ce financement additionnel s’inscrit dans la continuité de la riposte contre la COVID-19 déployée par le gouvernement à travers le programme Novissi, et permettra au pays de mettre en place un système de protection sociale capable de réagir à d’autres chocs dans le futur », ajoute-t-elle.

Le projet Filets sociaux et services de base a déjà bénéficié à 195 871 personnes, pour un objectif initial de 130 000 personnes.

Parmi eux, 43 000 personnes dans 155 communautés ont bénéficié d’un meilleur accès à l’eau et 6 475 élèves étudient désormais dans des écoles réhabilitées ou nouvellement construites.

L’accès aux filets de sécurité (transferts monétaires et alimentation scolaire) a été fourni à 92 345 bénéficiaires, dont 63 436 femmes, alors que les objectifs étaient respectivement de 78 000 et 39 000.
La sous-composante alimentation scolaire a permis à elle seule de toucher 52 173 enfants, dépassant ainsi son objectif de 38 000.

Le projet FSB vient compléter les activités du projet Opportunités d’emploi pour les jeunes vulnérables (EJV) qui met en œuvre des travaux publics à forte intensité de main-d’œuvre et des activités d’inclusion économique, y compris des formations à l’entrepreneuriat et des subventions aux entreprises.