grâce au PASA, cultiver deviendra plus agréable

par Super User

Au Togo, le secteur agricole occupe une place importante. Elle participe jusqu’à 38% à la formation du PIB  brut du pays. 70% de la population active y travaillent. Et pourtant, les institutions financières hésitent encore à financer les génies agricoles. Comment faire pour rectifier le tir ? Le Projet d’appui au secteur agricole (PASA) vient de trouver une solution.

Le projet a mis en place un fonds de garantie pour faciliter l’accès aux crédits bancaires des opérateurs économiques exerçant sur les chaînes de valeurs agricoles. Selon les informations, la Banque togolaise de commerce et d’industrie et Orabank sont les partenaires de ce fonds de garantie. L’Agence nationale de promotion et de garantie de financement des PME et PMI (ANPGF) la partie technique de la mise en œuvre de ce nouvel instrument.

Selon la cellule de communication du PASA, l’objectif de ce fonds est de lever l’inquiétude des institutions financières qui n’acceptent pas ou hésitent à mettre en place du crédit rural en l’absence de garantie formelle des promoteurs agricoles et de contribuer à compenser les risques pris par les institutions financières.

2 options sont prévues pour les financements. Pour les opérateurs qui ont déjà été appuyés par le ministère de l’agriculture, de la promotion animale et halieutique et qui ont montré une bonne capacité de gestion, le financement va de 5 à 50 millions de francs CFA. Le montant est de 25 millions de francs CFA pour tous les autres promoteurs.

Ce mécanisme qui vise à faciliter l’accès au crédit bancaire des promoteurs expérimentés qui développent des activités agricoles dont la rentabilité financière est démontrée.

Les domaines qui seront financés sont la production, la transformation, la commercialisation, la prestation de services et le warrantage.