Kossi Adodo : ‘les chiffres d’affaires des sociétés de la Zone franche ont baissé à plus de 55%’

par Global Actu

Les sociétés de la Zone franche du Togo sont durement frappées par les conséquences qui découlent des mesures prises pour éviter la propagation de la maladie à coronavirus (Covid-19). Selon le Président du Conseil d’administration de l’Association des sociétés de la Zone franche du Togo (ASOZOF), les chiffres d’affaires de ces sociétés dont le poids d’employabilité est énorme, ont chuté de plus de 55%.

Il est impérieux que le gouvernement pense à un plan de refinancement des sociétés, a lancé Dahoue Kossi Adodo, à l’occasion de la fête des travailleurs.

« Nous sollicitons de la part des autorités togolaises, un plan de crédit de refinancement de toutes les sociétés de la zone franche qui sera garanti par le gouvernement. Ce plan devrait favoriser une relance de la production pour éviter une situation désastreuse pour les sociétés de la Zone franche après la pandémie du Covid-19 », a-t-il expliqué.

Selon les informations données par ce patron d’entreprise de la Zone franche, la fermeture des frontières a un sérieux impact sur les exportations de ces sociétés. A cela, il faut ajouter que l'état d'urgence sanitaire a considérablement ralenti les activités dans ces sociétés en ce que la logistique portuaire n’est plus ce qu’elle était en situation normale. On apprend aussi que les navires prennent plus de temps à accoster.

Pour l’heure, aucun licenciement n’est encore signalé dans aucune des sociétés de la Zone franche. En sera-t-il toujours ainsi ? A cette question, M. Adodo ne cache pas que si rien n’est fait, l’avenir de leurs sociétés, après le covid-19, sera compliqué.

Cependant, il faut saluer le fait que toutes les sociétés de la Zone ont pris des dispositions pour le respect scrupuleux des mesures barrières, afin d’éviter la propagation de la pandémie. L’ASOZOF se mobilise dans le même ordre d’idées pour, dit le PCA, apporter une aide au comité de lutte contre le covid-19.

Faut-il le rappeler ? Plusieurs sociétés ont déjà indépendamment de la dynamique concertée, fait des dons d’oxygène médical, de cartons de gels hydro-alcooliques, de l'alcool et des poubelles des poubelles au gouvernement.