démarrage des épreuves anticipées du BAC1 technique

par 24 heureinfo

Les  candidats au baccalauréat première partie (BAC1) de l’enseignement technique ont démarré les examens anticipés le 4 août sur l’ensemble du territoire. 

Ils concernent la G1 (secrétariat bureautique) et les séries industrielles, notamment la F1 (fabrication mécanique), la F2 (électronique), la F3 (électrotechnique), la F4 (génie civil), le génie mécanique (E) et la chaudronnerie (Ti1). Dans les séries industrielles, mille six cents (1600) candidats, dont  1518 garçons et 82 filles, sont répartis dans cinq centres sur tout le territoire. Ils sont deux mille cinq cent vingt-neuf (2529) candidats, dont 2414 filles et 115 garçons, répartis dans dix-neuf centres à travers le pays dans la série G1.

Lors d’une tournée le mercredi 5 août , le ministre en charge de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Taïrou Bagbiègue a encouragé et félicité les candidats pour avoir respecté les mesures barrières contre la COVID-19. Il a également rappelé la place de ces différentes séries et de l’hôtellerie dans la réussite du Plan National de Développement (PND 2018-2022).

Belle entame 

« Actuellement, il y a le BAC1 industriel et tertiaire (la G1), plus le BT hôtellerie. Nous avons commencée par le BT hôtellerie où il y a une vingtaine de candidats. Là, les choses se passent bien, a déclaré le ministre qui remercie  le chef de l’Etat pour son accompagnement, qui  a permis de retaper certaines machines, afin que les matières pratiques se déroulent parfaitement ».

« En dehors des six machines qu’on avait, il y a cinq de réparer en plus, ce qui fait onze. Nous sommes heureux de dire que le BAC1 pour la série E s’est très bien passé. Il a été prévu se dérouler en deux jours, mais avec la disponibilité des machines, en un seul jour tout est fait. Nous avons voulu également jeter un coup d’œil auprès des privés qui nous accompagnement dans la formation de nos compatriotes. Au centre HTIB Atlantis, tout le monde est à l’œuvre, il n’y a pas de manquements. Les machines sont fonctionnels et donc tout se passe bien », ajoute-t-il.