2,6 millions d’élèves ont repris le chemin de l’école

par 24 heureinfo

Au Togo, quelque 2,6 millions d’élèves de l’enseignement général et technique ont repris les cours lundi 2 novembre 2020 après plus de huit mois de vacances. Une rentrée qui se déroule dans un contexte particulier marqué par la crise de coronavirus.

Le monde scolaire, a été, contraint par la Covid-19 à plusieurs mois de vacances, au titre de l’année 2019-2020. Et la nouvelle année scolaire n’ y échappera pas. Toutefois, le ministre des enseignements primaire, secondaire et technique, professeur Dodzi Kokoroko, rassure quant aux  mesures prises pour une année 2020-2021, « réussie ».

« Nous avons, toutes et tous, le devoir et le pouvoir de faire réussir encore cette année scolaire exceptionnelle, car ne l’oublions pas, l’éducation, c’est la famille qui la donne et l’enseignement c’est l’Etat qui le donne », clame-t-il dans un message.

Si la crise sanitaire constitue un facteur qui pourrait perturber le bon déroulement des activités pédagogiques, les grèves des enseignants le sont plus. Même si les enseignants volontaires ont accepté de reprendre les cours ce jour, la menace de grève reste entière.

Cependant, le ministre kokoroko se montre rassurant en estimant que  « le gouvernement n’a jamais pour autant démissionné ». Il pointe notamment la revalorisation des salaires, la construction de 765 salles de classe en 2019 afin d’améliorer les capacités d’accueil des élèves et apprenants, l’amélioration de l’offre scolaire, l’accélération de la professionnalisation des filières de formation et le renforcement des ressources humaines par le recrutement de 2350 enseignants en 2019.

Quand l’Ecole va, la République va.

Avant la fin de l’année 2020, le ministère des enseignements primaire, secondaire et technique va recruter 2000 enseignants et  50 conseillers d’orientation.  Aussi,  il est prévu une augmentation des capacités d’accueil des écoles avec la construction  et l’équipement des salles de classe  et la réforme de l’enseignement centrée sur la  qualité.

« Nous continuerons de garantir l’égal accès à chaque enfant au savoir, loin des pressions familiales ou des fractures sociales », souligne professeur Kokoroko qui insiste « quand l’école va, la République va ».

Pour les enseignants, des formations tout au long de leur carrière sont programmées. La revalorisation du statut de l’enseignant qui tient l’intelligence et l’âme de l’élève reste un impératif de la réforme du système éducatif.

« Nous devons aussi célébrer nos valeureux enseignants qui sont aussi des Louis Germain d’Albert CAMUS ou encore les grands serviteurs du service public scolaire de Jean JAURES », encense le ministre.