Vers l’instauration des langues nationales comme premières langues d’enseignement

par Afreepress

Le Togo, la Côte d’Ivoire et la Guinée envisagent de quitter le système d’enseignement monolingue pour l’enseignement bilingue, voire plurilingue.

Et pour preuve, des experts de ces trois pays, bénéficiaires du Programme : « École et langues nationales en Afrique (ELAN) » porté par la Francophonie sont en atelier de restitution à Lomé depuis, mardi 19 juillet 2022.

La rencontre organisée par le ministère des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’Artisanat, en collaboration avec l’Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation (IFEF), l’Organisation internationale de la Francophonie pour l’Afrique de l’Ouest (REPAO) et le Programme d’analyse des systèmes éducatifs (PASEC) de la Conférence des ministres de l’Éducation des Etats et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN), vise à permettre un partage des résultats de l’évaluation des acquis scolaires réalisés dans les écoles bilingues ELAN en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Togo.

Lancé en 2016 en réponse au défi de l’amélioration de la qualité de l’éducation en Afrique subsaharienne, le Programme « École et langues nationales en Afrique » propose un appui différencié à des pays membres de la Francophonie pour l’introduction maîtrisée et réussie de l’enseignement bi-plurilingue au primaire (langues nationales africaines-françaises).

Au cours des six dernières années, le Togo et les deux pays de la sous-région ont bénéficié de divers accompagnements en termes de renforcement de capacités des acteurs, l’élaboration des documents d’orientation, de production d’outils didactiques et pédagogiques.
l’atelier de Lomé sera

L’atelier de Lomé, confient les organisateurs, va offrir l’occasion aux participants d’évaluer la mise en œuvre de tout ce dispositif dans la perspective dune ‘amélioration de la qualité de l’éducation en orientant les politiques éducatives des pays sur l’éducation bilingue.