1 mort et 7 blessés dans l’affaissement d’une salle de classe à Kpessi

C’est malheureux que les enfants aillent à l’école pour s’instruire et trouvent la mort dans des salles de classe à cause de l’incompétence d’une classe politique qui se soucie très peu de l’avenir de ces créatures innocentes. C’est ce qui est arrivé aux élèves du groupe B de l’Ecole primaire publique de KPESSI, une localité située à environ 13 km de Nyamassila dans la préfecture de l’Est-Mono.
 
Les pluies diluviennes qui s’abattent sur la région ont provoqué l’affaissement d’une cloison qui sépare deux salles de classe de ladite école et le décoiffement des toits. Conséquence de ce drame 1 mort, une fillette âgée de 11 ans et 7 blessés dont 6 élèves et le directeur du groupe, tous admis à l’Unité des soins périphériques du village.
 
 A la suite de ce drame, le ministre de l’enseignement Affoh ATCHA-DEDJI s’est rendu ce jour dans la localité où il adressé les condoléances du gouvernement à la famille éplorée et souhaité prompt rétablissement aux blessés. Il a promis que le gouvernement prendra des dispositions pour doter l’établissement d’un nouveau bâtiment scolaire afin de renforcer sa capacité d’accueil. Médecin après la mort. Pourtant gouverner c’est prévoir, dit-on.
 
Ces drames on en rencontrenthabituellement dans le pays de Faure GNASSINGBE faisant perdre des enfants dans la fleur de l’âge. Il est un peu regrettable qu’au moment où on s’offre un quatrième bail à la tête du pays qu’on ne peut pas assurer les droits fondamentaux de l’individu.  
 

Clarisse AFANOU