Affaire Bolloré au Togo/David Dosseh: «Nous espérons vraiment qu’il y aura un procès»

par Togoscoop

Il y aura bien un procès pour Vincent Bolloré dans l'affaire des ports de Lomé et Conakry. L'homme d'affaires français a reconnu avoir payé une partie des dépenses de communication du candidat Faure Gnassingbé lors de la présidentielle togolaise de 2010. Le groupe aurait reçu, en échange, des contrats et des avantages fiscaux pour le port de Lomé.

Après des années de procédure et de multiples dénégations, l'industriel français a choisi de reconnaître des faits de corruption d'agents publics étrangers et de complicité d'abus de pouvoir, au cours d'une procédure de plaider-coupable négociée avec le parquet national financier.

Il espérait ainsi s'épargner un long procès mais le tribunal a refusé d'entériner l'accord de plaider coupable le concernant, ouvrant la porte à un procès.

Une procédure judiciaire très attendue par David Dosseh, président du collectif Togo Debout, joint par RFI.

« Nous espérons vraiment qu’il y aura un procès et que l’on permettra justement à des représentants du peuple togolais de participer et de dire ce qu’ils savent de cette affaire. Monsieur Dupuydauby, dirigeant de Progosa, aura certainement et également son mot à dire, puisque sa société avait été évincée au profit de celle de Bolloré.

 

Donc, je pense que si on permet à tous ces interlocuteurs et tous ces acteurs de s’exprimer, on pourra avoir suffisamment de lumière sur les pratiques totalement répréhensibles qui encourent au Togo, en termes de racket, en termes de corruption… Et tout cela, au détriment du développement de notre pays.

 

On nous dit que nous sommes des pays pauvres, alors que nous avons des potentialités qui pourraient permettre aux populations de vivre heureuses et épanouies. Beaucoup d’argent, malheureusement, disparaît dans ces pratiques de corruption et beaucoup d’argent se retrouve dans des comptes de particuliers justement en Occident. En mettant toute la lumière sur ces pratiques, on espère pouvoir contribuer d’une manière ou d’une autre à la lutte contre la corruption ».

Contacté par RFI, le gouvernement togolais n'a pas souhaité réagir à cette actualité, évoquant « une affaire franco-française qui ne concerne pas le gouvernement togolais »