Djimon Oré accusé d’atteinte à l’honneur et d’outrage

par 24 heureinfo

Interpellé jeudi 29 avril, l’ex-ministre de la communication Djimon Oré qui s’est radicalisé depuis son départ du gouvernement est accusé d’atteinte à l’honneur, de troubles aggravés à l’ordre public et d’outrage envers les représentants de l’autorité publique. Le président  du Front des Patriotes pour le Démocratie (FPD, opposition), actuellement gardé à vue au service central de recherche et d’investigations criminels (SCRIC) devrait être présenté au procureur de la république. 

Son arrestation  fait suite selon les informations, à ses propos tenus sur une radio privée dans la fièvre des activités de la célébration de la fête nationale. Pour lui, le Togo n’est pas indépendant et le bilan reste catastrophique.

« Le bilan en termes de sang versé, en termes de compatriotes togolais assassinés par la France-Afrique à travers  le régime barbare, le régime d’oligarchie dépasse de loin le nombre de ceux qui sont tombés au Rwanda et on parle de génocide rwandais. (…)   Le bilan est qu’on a une armée d’occupation, qui n’est pas une armée du peuple, mais qui est entretenue et payée par les ressources des togolais, c’est une armée de la France-Afrique », a déclaré l’opposant, coupant court  que,  le Togo n’est pas « indépendant ».

« Notre pays le Togo est un camp de concentration nazis, ce n’est plus un territoire indépendant »,a-t-il ajouté,  en appelant à « l’auto-détermination pour reconquérir l’indépendance qui passera par l’ouverture de la période de transition, pour sauver le Togo ».

Suite à ces déclarations,l’ex collaborateur du président national de l’Union des forces du changement (UFC),  Gilchrist Olympio est  accusé d’atteinte à l’honneur, de tentative de troubles aggravés à l’ordre public et d’outrage envers les représentants de l’autorité publique. Son sort est dans les mains du procureur de la République.