Dix pirates condamnés à des peines de prison de 12 à 20 ans

par 24 heureinfo

Dix pirates dont un en fuite ont été condamnés  à une peine de 12 à 20 ans de prison ferme assortie d’interdiction de séjour pour les étrangères et de privation de droit civique pour les  nationaux durant cinq ans. Ils ont été reconnus coupables des faits de piraterie maritime, vol, violences volontaires et groupement de malfaiteurs.

C’est une première au Togo et dans la sous-région ouest-africaine. Le procès de  dix pirates dont neuf ont  comparu lundi 5 juillet devant la cour d’assises de la cour d’appel de Lomé. Pour le pays, c’est un avertissement pour  ceux qui s’adonnent à ces actes.  « Il faudrait que les gens comprennent que les pirateries, les brigandages, les vols à main armée en mer ne seront pas laissés impunis », a averti Le ministère public représenté par le procureur général près la cour, Kodjo Gnadji Garba.

C’est contre un navire transportant du carburant  baptisé Tanker « G-DONA »  appartenant à un armateur béninois qu’ils ont mené leur attaque  dans la nuit du 11 au 12 mai 2019. Et, lorsque le mouvement inhabituel a été signalé  depuis la salle d’opération de la  marine nationale, des échanges téléphoniques ont suivi avec l’équipage, qui sous la menace  répondit qu’il s’agit du déplacement des agents d’entretien. Insatisfaits des réponses, les agents ont conclu  à une  attaque,  ensuite confirmée par l’appel de l’armateur qui  a informé  le commandant de la marine togolaise de la présence des pirates au bord de son navire.

Rapidement,  une intervention commando est envoyée  en mer  qui a pu arraisonner le  navire. « Nous avons procédé à plusieurs tirs  de sommation en direction du navire  avant que les pirates ne décident d’obtempérer et de se cacher dans un compartiment du navire. Finalement rendus,  ils ont été conduits  au port de Lomé  et remis aux autorités judiciaires», a confié un cadre de la marine nationale.

Peine lourde

A l’issue du procès qui a duré plus de dix heures contre  7 Nigérians et 2 Togolais, la  Cour a reconnu  la culpabilité de 8 accusés : l’un, le cerveau Peter  est condamné à 15 ans de réclusion et les 7 autres à 12 ans. Un des accusés a été acquitté. L’un des accusés, en fuite, a été reconnu coupable et condamné à 20 ans de réclusion avec un mandat d’arrêt international délivré contre lui.