Deux prisonniers politiques libérés

par Togoscoop

Adadé Henri et Anoumou Charles, militants de l’opposition, arrêtés en novembre pour le premier et en décembre 2018 pour le second, pour avoir participé à des manifestations de la Coalition des 14 partis de l’opposition (C14) et condamnés respectivement à 4 ans et 5 ans de prison, ils viennent de recouvrer la liberté.

Adadé Henri, vendeur de bois, marié et père de 3 enfants, militant de l’UDS-Togo, a été arrêté dans le quartier Gbossimé, à Lomé, le 6 décembre 2018, à l’occasion d’une caravane de la C14 qui manifestait contre la tenue des législatives de décembre 2018 à laquelle l’opposition avait appelé au boycott.

Gardé au début dans les locaux des SRI, il est accusé de « troubles aggravés à l’ordre public » et jugé sans la présence d’un avocat. Au procès, 60 mois d’emprisonnement sont retenus contre lui. Déféré à la prison de Lomé, il urinait du sang du fait des sévices subis lors de la garde à vue.

Quant à Anoumou Disriama Charles, citoyen sans affiliation politique, il a été arrêté au quartier Agoè, le 29 novembre 2018 pour avoir participé à une manifestation de la C14. Jugé en audience  de fragrant délit par le tribunal correctionnel de Lomé le 13 décembre 2018, il est condamné à 5 ans de prison pour « troubles aggravés à l’ordre public ».  

Malgré le fait que certains manifestants arrêtés au cours de cette période ont été libérés sur recommandation de la feuille de route de la CEDEAO qui a enjoint les autorités togolaises de libérer les manifestants politiques arrêtés, ces deux n’ont pas été libérés. Ils viennent de recouvrer la liberté après avoir purgé la totalité de leurs peines.