Golden-Spoon-Gate/Loïc Lawson : « Au-delà de Carlos Kétohou, c’est d’autres journalistes que la HAAC renvoie au chômage »

par icilome.com

Mardi, jour de parution du journal « L’Indépendant Express ». Mais on ne trouve pas l’hebdomadaire dans les kiosques ce matin. Il a été suspendu par la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC). Ce sont les suites de l’affaire dite Golden-Spoon-Gate.

Dans le milieu de la presse togolaise, cette décision de la HAAC est jugée trop « sévère ». Loïc Lawson de l’Union internationale de la presse Francophone (UPF) section Togo plaide la « clémence » de cette autorité de régulation.

« La sanction de la HAAC est très sévère. C’est pourquoi à l’UPF Togo, nous demandons la clémence de la HAAC. Par rapport au confrère et à son journal. Nous demandons un allègement de cette décision et la suspension du processus au niveau de la justice. Il faut que la HAAC revoit sa décision, au lieu de vouloir retirer le récépissé et d’interdire un confrère de faire son travail », a plaidé Loïc Lawson ce matin au micro de la radio Pyramide FM.

A l’entendre, c’est plusieurs confrères que la HAAC vient de mettre à la porte en procédant à la suspension de « L’Indépendant Express ». « Au-delà de Carlos Kétohou, c’est d’autres journalistes que la HAAC renvoie à la maison. Au-delà de ces journalistes, c’est une autre équipe d’informaticiens, de distributeurs qui vont au chômage. Nous disons à la HAAC de voir tout cela, et de faire clémence », a-t-il poursuivi.

Pour rappel, cette décision de la HAAC intervient suite à l’arrestation de Carlos Kétohou le 29 décembre dernier et sa libération le 2 janvier. Le confrère est accusé d’avoir publié, sans preuve, un article évoquant le vol présumé de cuillères dorées par deux femmes ministres lors d’une réception organisée par une banque.

Godfrey Akpa