Diagne appelle Gnassingbé à voler au secours des médias

par Global Actu

La crise sanitaire du coronavirus frappe tous les secteurs d’activité. Les médias togolais ne sont pas épargnés. Le problème qu’un grand nombre d’entre eux rencontre, est d’une ‘extrême gravité’, selon le président de l’Union internationale de la presse francophone (UPF). Madiambal Diagne a saisi Faure Gnassingbé à propos.

Pour ce journaliste sénégalais, si une ‘aide complémentaire substantielle’ ne leur est pas apportée, cette crise profonde fera disparaître certains supports.

« Les conséquences humaines et économiques de la pandémie du Covid-19 entrainent pour beaucoup de médias, et singulièrement pour la presse écrite, réduction de la pagination, voire cessation de parution, et diminution drastique des recettes publicitaires », écrit M. Diagne.

Ce n’est pas tout, souligne-t-il. « A ces difficultés, les ventes se sont considérablement réduites pour les journaux qui continuent à paraître, lorsque des mesures ont été prises pour restreindre la circulation des personnes », ajoute-t-il.

Le président international de l’UPF dit savoir compter sur M. Gnassingbé dont, soutient-il, l’attachement au développement des médias n’est plus à démontrer.

Dans sa lettre, il a tenu à ressortir le rôle on ne peut plus important que les médias jouent dans la société.

« Les médias sont un élément essentiel du développement économique et humain. Ils ont aussi montré leur caractère irremplaçable de support d’information au moment où vous avez engagé les mesures de précaution nécessaires face à cette pandémie. Ils sont irremplaçables dans une société en développement », écrit-il au président togolais.

Ce courrier, Madiambal Diagne l’a aussi adressé à tous les chefs d’Etat et de gouvernement de la partie francophone de la sous-région. Dans les pays où des journalistes sont emprisonnés, il n’a pas manqué de demander leur libération afin, dira-t-il, de les protéger contre une éventuelle contagion par le Covid-19