Suspension des sit-in dans les hôpitaux après une rencontre avec le ministre Gilbert Bawara

par Afreepress

Le Collectif des syndicats du secteur de la santé suspend son mot d’ordre de sit-in, dont la deuxième journée est prévue pour, jeudi 02 septembre 2021, a appris l’Agence de presse AfreePress d’une sortie du porte-parole du groupe, Dr Gilbert TSOLENYANU.

Selon Dr Gilbert TSOLENYANU, cette manifestation, deuxième du genre dans la semaine, a été suspendue suite à des démarches très ‘’appréciées’’ par les praticiens hospitaliers. Démarches menées par le ministre de la Fonction publique, du travail et du dialogue social, Gilbert Bawara.

« Mardi, le collectif a été reçu par le ministre de la Fonction publique, du travail et du dialogue social qui a rassuré ses interlocuteurs sur la détermination du gouvernement à trouver par le dialogue, des solutions aux problèmes du secteur et qu’à ce titre, un CNDS est prévu pour avoir lieu le 7 septembre 2021 où les problèmes de la santé seront débattus avec des solutions que préconise le gouvernement. Fort de cela, nous avons remercié le ministre pour l’initiative de nous recevoir et que nous allons échanger avec nos camarades pour leur apporter l’information le mercredi 1er septembre 2021, ce qui fut fait. Cet après-midi du mercredi, le collectif a été encore reçu par le ministre de la fonction publique et du dialogue social. À la synthèse des discussions ayant eu lieu dans les différents hôpitaux, considérant la disponibilité du gouvernement à maintenir le dialogue et à trouver des solutions perennes, considérant le contexte sanitaire et pour le peuple togolais, afin d’atteindre nos objectifs de lutte : le collectif suspend son mot d’ordre de sit-in du jeudi 02 septembre 2021 », souligne le communiqué de Dr Gilbert TSOLENYANU.

Il faut rappeler que la première journée des manifestations prévues par le collectif des syndicats a été effective. Les manifestants ont protesté contre le ministre de la Santé, de l’hygiène publique et de l’accès aux soins universels, Prof Moustafa Mijiyawa. Ils sont allés plus loin et ont exigé la démission de ce dernier.

À la base, les syndicats réclament le recrutement de nouveau personnel soignant, ceci pour permettre l’augmentation de la capacité d’accueil en réanimation du CHR-Lomé Commune et aussi renforcer les équipes au niveau des centres de santé de l’intérieur du pays.

Ils demandent également la création d’autres centres de prise en charge, ou des unités de réanimation COVID-19 dans les CHU et les centres de prise en charge COVID-19 dans les régions, pour éviter les décès dus à la saturation du CHR-Lomé commune.