Me Raphaël Kpandé-Adzaré : « Agboyibo a laissé orphelins les défenseurs des droits de l’Homme »

par icilome.com

Les acteurs politiques et les défenseurs des droits de l’homme continuent de saluer la mémoire de Me Yawovi Apollinaire Madji Agboyibo, l’ancien Premier ministre togolais décédé le samedi 30 mai dernier à Paris des suites d’une courte maladie. A 77 ans, le fondateur du Comité d’action pour le renouveau (CAR) laisse derrière lui un héritage conséquent tant sur la scène politique que dans le monde associatif.

Pour Me Raphaël Kpandé-Adzaré, l’ancien Président de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH), la disparition du « Bélier noir de Kouvé » laisse un grand vide dans le cœur des défenseurs des droits de l’Homme.

« Il a laissé orphelins les défenseurs des droits de l’Homme, il m’a inspiré à la fois, ma vie associative de défenseurs des droits de l’homme et ma vie professionnelle comme avocat. Si je dois garder un souvenir de lui, c’est qu’il a su répondre pour moi à l’invitation du philosophe français Frantz Fanon qui disait que chaque génération doit découvrir, dans une relative opacité, sa mission, la remplir ou la trahir. Et le bâtonnier Agboyibo a su remplir la sienne », a indiqué Me Raphaël Kpandé-Adzaré.

Et de poursuivre : « A l’heure où personne n’osait lever le petit doigt car c’était l’époque de la dictature à l’état pur, le bâtonnier Agboyibo a été le pionnier de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) en 1987 comme mécanisme national de promotion et de protection des droits de l’homme. Dans ce même élan, il a été l'un des initiateurs de l'idée de créer aux côtés de cette même CNDH une association privée des droits de l’homme dont la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) ».

A en croire Me Raphaël Kpandé-Adzaré, Me Agboyibo avait beaucoup fait pour la promotion des droits de l’homme au Togo. Et s’il est passé, entre-temps, de la défense des droits de l’homme à la politique, ce n’était pas à proprement parler un « changement de rôle, mais un passage d’étape parce qu’il était convaincu qu’aussi longtemps que le système politique resterait tributaire de la mauvaise gouvernance, les droits de l’homme n’iraient pas mieux ».

« Le président Agboyibo a une perception intelligente et clairvoyante des problèmes politiques. L’Accord Politique Global et le concept de déverrouillage des institutions qu’il a développé et défendu jusqu’à ce que la Providence n’en décide autrement, en sont une illustration parfaite. Je le vois encore descendre les marches du Palais de justice de Lomé, menotte aux poignets, pour être conduit à la prison civile de Lomé. Mais en homme convaincu et avisé, il avait le visage serein », a ajouté le responsable du Front Citoyen Togo Debout.

Pour lui, Me Agboyibo a immensément balisé le « chemin du combat pour les libertés ». « Me Agboyibo, votre dernière déclaration dénonçant la cabale judiciaire contre les responsables de la Dynamique Mgr Kpodzro est révélatrice d’un grand homme qui quitte le combat l’arme à la main et le doigt certainement sur la gâchette », a lancé l’avocat.

Notons que certains acteurs politiques réclament même un hommage national à l'illustre disparu.

Godfrey