Qui pour sauver le CEG Nyékonakpoé ?

par Super User

Pour ce qui est un cadre d’éducation, le CEG Nyékonakpoé, un établissement situé au coeur de la capitale togolaise, arbore un décor plutôt inquiétant pour les apprenants et tous ceux qui y interviennent.

Des flaques d’eau et des eaux infestées après chaque pluie, de la broussaille, aussi la clôture de cette école qui est sur le point de lâcher. Tel est le tableau que l’on aperçoit dès qu’on met les pieds dans cet établissement scolaire. On peut tout de suite dire que ce cadre ne représente pas un bon environnement pour les apprenants.

Le pire selon certains riverains, ils en viennent à tuer fréquemment des reptiles qui proviennent du CEG Nyékonakpoé.

« La récurrence des flaques d’eau après chaque pluie a amené les 1ers responsables de ce CEG à positionner hors de cette école les revendeuses. Nous, riverains de l’établissement, nous en venons à tuer fréquemment des reptiles qui s’échappent de ce temple d’éducation », témoigne un ancien élève de ce collège, cité notre confrère Alome.com.

Et à un parent d’élève de renchérir : « Toutes les autorités locales du Golfe 4 et du secteur de l’éducation sont interpellées. C’est anormal, inquiétant et dégradant de laisser nos enfants préparer leur avenir dans un tel environnement. Quel monde de demain voulons-nous leur offrir dans ces conditions ? ».

L’autre aspect écœurant dans cette situation est qu’en saison sèche, note un enseignant, ils cohabitent avec des serpents. Ils sont même obligés de garder en permanence fermées les portes et fenêtres de la salle des professeurs pour éviter l’intrusion de ces reptiles. « Nos plafonds sont moisis et troués », a-t-il indiqué.

Face à ce constat, il apparaît que l’état piteux de cet établissement scolaire relève du « mépris, de l’inaction, de la négligence, de l’indifférence ou encore de l’insouciance des premiers responsables de l’établissement, des autorités locales et de tutelle, des autres élus de la localité, du Comité de développement du quartier (CDQ), ou encore des anciens élèves », note le confrère.

Les plus hautes autorités de l’éducation au Togo et du Golfe 4 sont vivement interpellées pour sauver les cadres de demain en améliorant leur cadre d’apprentissage, pour un épanouissement intellectuel.