Pas de transport routier dans les prochains jours

par icilome.com

Depuis 2014 persiste une crise au sein de l’Union nationale des transporteurs routiers du Togo (UNATROT). Celle-ci se traduit par la gestion « opaque » et une « privatisation » de l’organisation syndicale par les premiers responsables, notamment le président national, El Hadj Shérif Aklisso Amah.

Devant la presse ce mardi, des transporteurs routiers, membres de l’UNATROT, ont déclaré leur ras-le-bol contre les dissensions au sein de l’organisation. Celles-ci, à en croire ces derniers, concernent la défense des intérêts privés des premiers dirigeants au détriment des intérêts collectifs des membres.

Au centre des tensions, des délégués préfectoraux et régionaux qui ne sont pas des Transporteurs. Pour ceux qui se réclament vrais Transporteurs, ces délégués ne doivent plus parler ou agir au nom du syndicat car, disent-ils, ils n’ont aucune base juridique par rapport aux textes fondamentaux.

« Malheureusement ce sont eux qui servent de béquille au Président pour se dresser contre nous les vrais Transporteurs (…) Nous assistons à des injustices sociales, à des frustrations dues à la violation permanente de nos droits qui se traduisent par la mise en place d’un système de discrimination », ont-ils dénoncé.

Et de poursuivre : « Notre UNATROT a besoin d’être née de nouveau. Nous voulons qu’on nous change nos statuts, qu’on puisse voter librement celui qu’on veut. Que ce soient les transporteurs qui votent pour élire le Président des transporteurs ».

Ainsi, ils veulent le démantèlement du circuit de gestion obscure et incontrôlée des marchandises réceptionnées au Port dont la redistribution se fait de façon partisane  et partiale aux transporteurs contre des redevances en monnaies sonnantes et trébuchantes avec la complicité du Président ; la révision immédiate des textes fondamentaux de l’UNATROT assortie des dispositions pouvant permettre aux membres actifs d’élire librement leurs dirigeants, le contrôle sur la gestion de la chose syndicale et d’avoir le droit d’exercer le mouvement de grève lorsque les circonstances l’exigent.

En marge de ces revendications, les Transporteurs routiers, membres de l’UNATROT lancent une semaine de grève (du 8 au 15 septembre prochains) afin de manifester leurs désarrois.