Contamination de 11 de ses membres à la prison civile de Lomé : La Dynamique Kpodzro parle d'acte « criminel » et prémédité

par Afreepress

Dans un communiqué rendu public mardi 12 mai 2020, la Dynamique Kpodzro (DMK) a fait part de sa vive préoccupation suite à l'infection « suspecte » de onze (11) de ses membres sur les seize (16) détenus à la prison civile de Lomé.

D’après la Dynamique, ses détenus testés positifs au Covid-19 lundi 11 mai ont été transférés à la gendarmerie nationale alors qu'ils étaient en bonne santé le 21 avril avant leur "enlèvement". La Dynamique dénonce par ailleurs le « mauvais » traitement infligé à ses membres dans cette prison malgré leur état de santé.

« … depuis hier, ils sont toujours enfermés privés d’eau, de nourriture et de médicaments. La gravité de la situation actuelle amène la DMK à prendre à témoin l'opinion nationale et internationale du fait que les autorités pénitentiaires et leur hiérarchie sont comptables de la présente situation et de son évolution ultérieure », écrit la Dynamique.

La propagation du Covid-19 dans le milieu carcéral est due au « non-respect » des mesures barrières à la prison civile de Lomé et « la réticence » du pouvoir à désengorger les prisons conformément aux recommandations des Nations Unies relativement relatives à la pandémie du Coronavirus.

La dynamique exige de ce fait que des soins appropriés soient administrés à tous les détenus infectés par le COVID-19 et demande que des enquêtes soient ouvertes pour déterminer quand et comment ces hommes ont été contaminés.

Elle lance par ailleurs un appel aux partenaires en développement du Togo à user de tous les canaux pour exiger la libération de ses 17 détenus politiques arrêtés respectivement les 9 mars et 21 avril 2020.

Raphaël A.