Démission de Gérald Akoumey : Voici la réaction du 1er vice-président du parti 'Les Démocrates'

par icilome.com

La démission de l’ex secrétaire général du parti « Les Démocrates » fait des remous au sein de cette formation politique. Une version que le 1er vice-président du parti, Aboubacar Ganiou, ne semble contester .

Selon l’actuel 1er vice-président du parti, les faits remontent à l’élection présidentielle du 22 février dernier. Le parti « Les Démocrates » n’ayant soutenu aucun candidat dans le cadre de ce scrutin, a finalement décidé de soutenir Agbéyomé Kodjo, le candidat de la dynamique Kpodzro. Le parti a déclaré qu’il a reconnu la victoire de l’ancien Premier ministre. D’ailleurs, une délégation de « Les Démocrates » s’est rendue au domicile du président Agbéyomé le 19 mars dernier et a rencontré le prélat.

Mais à en croire Aboubacar Ganiou, toute cette démarche n’a pas plus à Gérald Akoumey. Puisque lui voulait que sa formation politique reste à l’écart du débat présidentiel.

« Gérald Akoumey n’a pas apprécié cette démarche, souhaitant que le parti reste à l’écart de tout débat lié à l’élection présidentielle du 22 février. Mais il a été mis en minorité. Nous sommes les apprenants de la démocratie et si dans un groupe il y a un sujet sur lequel vous devez débattre et si certaines personnes sont mises en minorité soit cette minorité se soumet ou c’est le départ », a lancé le 1er Vice-Président du parti.

Le démissionnaire quant à lui, dit avoir eu le bon réflexe face à cette situation grâce à une leçon qu’il a retenu de son feu père qu’il a cité : « Un parvenu et opportuniste qui se fait appelé Politique et changent de position au gré du vent comme une girouette, est un individu dangereux à craindre et à éviter ».

Gérald Akoumey estime qu’il ne veut pas être de cet acabit : avoir une position le matin et une autre le soir. « Je reste constant », a-t-il indiqué dans une interview accordée à la Rédaction.

Il a poursuivi : « Mon crime est d'avoir dit haut et fort que la médiocrité, l'improvisation, la navigation à vue ne me ressemblaient pas, et que j'exigeais une ligne politique claire à défendre, un plan et programme d'action avec les moyens conséquents, et pour cela, on me répond que j'exagère ».