Un mandat d’arrêt contre d’Agbéyomé Kodjo

par icilome.com

Le doyen des juges d’instruction dans le dossier Agbéyomé Kodjo a délivré le vendredi 10 juillet 2020 un mandat d’arrêt contre ce dernier pour n’avoir pas respecté les conditions de son contrôle judiciaire.

Le candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro à l’élection présidentielle du 22 février 2020 qui continue de revendiquer sa victoire devrait comparaître devant le magistrat. Il est notamment accusé de trouble à l’ordre public au lendemain du scrutin qui donna une victoire à Faure Gnassingbé, le président sortant, pour un quatrième mandat selon les résultats proclamés par la Cour constitutionnelle.

Placé sous contrôle judiciaire, l’ancien Premier ministre devrait comparaître vendredi dernier devant le juge d’instruction. Il n’y est pas allé, justifiant que des « investigations sérieuses et croisées dont il ressortait que des desseins hautement malveillants seraient planifiés contre ma personne dans le cadre de cette convocation dont l’ultime but est de m’éliminer par tous les moyens ».

Le magistrat constate son absence, la mentionne dans un procès-verbal. Et dans la foulée, nous apprend-on, délivre un mandat d’arrêt contre l’ancien Président de l’Assemblée nationale.

Agbéyomé Kodjo, président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD), soutenu par la Dynamique Kpodzro, est arrivé second, très loin, du chef de l’Etat sortant crédité de presque 70% à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, selon la Cour constitutionnelle.

Le 24 avril 2020, l’opposant est accusé d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, d’usage des insignes de l’Etat, de nominations illégales, de troubles aggravés à l’ordre public, de dénonciations calomnieuses.

Entre-temps, l’ancien cadre du parti au pouvoir est placé sous contrôle judiciaire. Il lui est interdit de quitter le territoire sans autorisation préalable des autorités compétentes. Depuis quelques jours, il est introuvable sur le territoire national. Il serait au maquis pour certains. Il aurait fui le Togo, selon d’autres.

A.H.