Polémique autour d’une médiation dont aurait été chargé l’archevêque de Lomé

par icilome.com

Une polémique enfle autour d’une déclaration de l’archevêque émérite de Lomé, Mgr Philippe Kpodzro qui, le 18 janvier, a interpellé Mgr Nicodème Barrigah, actuel archevêque de Lomé, au sujet d’un « rôle de médiateur » dont il serait chargé dans la gestion de la crise post-électorale de 2020.

Mgr Philippe Kpodzro, 90 ans, est de nouveau au centre d’une polémique. L’archevêque émérite de Lomé a publié, le 18 janvier 2021, une déclaration dans laquelle il demande à Mgr Barrigah, actuel archevêque de Lomé, de dire « la vérité » au sujet d’un « rôle de médiateur » dont l’aurait chargé le régime actuel.

À l’issue de la présidentielle du 22 février 2020 au Togo, le président en exercice Faure Gnassingbé a été déclaré réélu pour un quatrième mandat de cinq ans par la cour constitutionnelle, avec 70,78 % des voix contre 19,46 % pour l’opposant Gabriel Agbéyomé Kodjo. Celui-ci conteste ce résultat depuis près d’un an. Ce contentieux a débouché sur un feuilleton politique nourri de polémiques. C’est dans ce contexte qu’intervient cette déclaration de Mgr Philippe Kpodzro qui avait soutenu la candidature de Gabriel Agbéyomé Kodjo.

« Proclamer courageusement la vérité pour la délivrance de la nation »

« Mon cher fils Mgr Nicodème Barrigah, tout le peuple togolais se tourne vers toi, écrit Mgr Kpodzro. Il attend que tu proclames en ton Dieu le Créateur la vérité qui libère en vue de l’alternance tant attendue au Togo en ta qualité de Pasteur du troupeau de Jésus-Christ ».

L’archevêque émérite appelle l’ordinaire du diocèse de Lomé à « proclamer courageusement la vérité pour la délivrance de la nation togolaise qui n’a que trop souffert ». Dans cette même déclaration, il a interpellé deux membres du clergé togolais : le père Pierre Marie Chanel Affognon, directeur national de l’enseignement catholique et aumônier national des cadres catholiques du Togo, et le père Gustave Sanvee, secrétaire général du Conseil épiscopal justice et paix.

Des avis divergents

Dans son message de vœux le 28 décembre, Agbéyomé Kodjo interpellait déjà Mgr Barrigah sur le même sujet : une rencontre avortée dans le cadre d’une médiation de sortie de la crise post-électorale. Ces deux déclarations suscitent divers commentaires sur les réseaux sociaux. Certains approuvent la démarche de la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) qui revendique la victoire du scrutin de 2020 et critiquent l’archevêque de Lomé. Tandis que d’autres, déplorent les propos venant de l’archevêque émérite et de son entourage. « Les membres de la DMK qui créent et alimentent ces polémiques sont en train de détruire le dernier rempart de la lutte pour l’alternance », affirme un acteur de la société civile.

Le 2 janvier dans une adresse aux enseignants et aux cadres catholiques du Togo, le père Affognon, également interpellé par Mgr Kpodzro, a expliqué, après investigations, qu’il s’agit d’un grossier montage, parce que Mgr Barrigah n’a été approché à aucun moment par le président en exercice pour proposer un marché au candidat Kodjo. « Moi je reste serein, libre et me sens profondément dans la droite ligne de ma mission d’enseigner le peuple de Dieu », confie encore le père Affognon.

« L’archevêque émérite est pris en otage par des personnes dont l’intention est de persécuter l’Église, la diviser et la détruire à travers des rumeurs et des montages », dénonce un fidèle catholique. « Mais à un certain âge, ajoute-t-il, une personnalité comme Mgr Kpodzro doit être entouré de bons conseillers. »

Lors des échanges de vœux du diocèse de Lomé, le 11 janvier, et suite à une question relative à la crise sociopolitique, Mgr Barrigah avait déclaré ceci : « Lorsqu’on est dans une crise, la tendance, c’est de la transformer rapidement en conflit en cherchant des boucs émissaires, en s’accusant ». Il a précisé avoir « choisi plutôt de ne pas intervenir à tort et à travers », préférant une attitude calme.