Agbéyomé Kodjo : ‘je suis à la disposition du procureur, qu’on arrête de m’embêter’

par Global Actu

Agbéyomé Kodjo parle pour la première fois depuis la levée de son immunité parlementaire. Le candidat de la dynamique Kpodzro n’est pas du tout content. Pour lui, c’est la première fois qu’on assiste dans le monde à ce ‘cinéma’ et à ce harcèlement sur la personne du candidat qui a ‘visiblement’ remporté l’élection présidentielle dans un pays.

Le président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) dit qu’il est à la disposition de la justice togolaise, ‘à tout moment’. Une réponse à ceux qui croient qu’il va s’y dérober ?

« Si la Commission électorale nationale indépendante (CENI) n’avait pas procédé au braquage électoral, on n’en serait pas là », a-t-il déclaré jeudi sur Victoire FM.

En tout cas, M. Kodjo exige que cesse le harcèlement, les embêtements et la provocation. On ne peut voler quelqu’un et en même temps le harceler comme on le fait, soutient-il.

« Ceux qui m’ont insulté, notamment le professeur Agba, il a raconté un certain nombre de conneries, j’ai entendu Trimua s’égosiller, ce n’est pas un problème. Moi, je ne les poursuis pas. On viole la constitution en ne mettant pas à la disposition des candidats des fonds de campagne, je ne poursuis personne, je n’ai pas envoyé les populations dans la rue pour chercher leur victoire. Je ne dépose pas plainte contre eux et on me dit que j’ai parlé aux militaires, ne font-ils pas partie du corps électoral ? », a-t-il énuméré.

Il a aussi longuement parlé du ministre Christian Trimua. A celui-ci qu’il estime bien connaître, il demande de continuer à ‘faire le zèle’, s’il estime qu’il n’a pas gagné cette élection.

« Que personne ne m’embête, ils n’ont qu’à amener les fusils me tuer en même temps et les Togolais sauront que je suis mort pour eux, il faut arrêter tour ce cinéma », a-t-il proféré.