Agbéyomé, Fabre et autres mis dans le même paquet, le CNT constitué

par Global Actu

La prestation de serment de Faure Gnassingbé pour un 4ème mandat a mis fin aux contestations post-électorales. 2 acteurs politiques montent au créneau. Ils ont mis dans le même paquet Agbéyomé Kodjo, Jean-Pierre Fabre, Tchabouré Gogué et tous ceux qui ont participé à l’élection présidentielle du 22 février dernier. Pour ces 2 acteurs, tout ce beau monde a encore une fois fait le jeu du pouvoir de Lomé.

Pour Ouro-Djikpa Tchatikpi et Djimon Oré, il s’agit tout simplement du ‘courant politique traditionnel’, qui pour des intérêts ‘partisans’ et ‘particuliers’ comme toujours,  ont choisi de participer à une énième ‘parodie’ d’élection remportée d’avance, selon eux par un système installé et soutenu à tout bout de bras par des puissances étrangères dominatrices.

« Le feuilleton de la 7ème parodie d’élection présidentielle a officiellement pris fin par la prestation de serment de Faure Gnassingbé pour son 4ème mandat contre la volonté du peuple. L’épilogue de l’aventure grotesque de la présidentielle du 22 février 2020, nous l’avions déjà dénoncé le 8 janvier dernier face à la presse en attirant l’attention de l’opinion nationale et internationale qu’aucune élection dans l’impasse politique qui dure depuis plusieurs décennies, ne saurait résoudre les problèmes auxquels le pays est confronté, clôture la désillusion des participationnistes », écrivent ces 2 acteurs politiques bien connus.

Pour l’ancien conseiller du président du Parti national panafricain (PNP) et le président du Front des patriotes pour la démocratie (FPD), encore ancien lieutenant de Gilchrist Olympio, ce courant politique n’a fait que le jeu du pouvoir et du système inféodé à l’étranger.

Le temps n’est pas à la résignation, disent-ils. Le temps, selon eux, est plutôt convenu à la clarification et à la réorientation de la lutte pour, disent-ils, l’auto-libération du peuple et la renaissance du Togo.

Et cette libération du pays, pensent-ils, passe forcément par une ‘transition’ politique. Pour y arriver, ils appellent tous les Togolais à prendre part au Creuset national pour la transition (CNT).

« Le CNT se veut ouvert à tous les patriotes sans distinction du genre, convaincu et engagé dans la réorientation de la lutte populaire en vue de l’avènement de la transition, seule voie pour sauver le Togo en péril. Le CNT en appel à la persévérance citoyenne patriotique dans la marche du Togo vers la transition, étape obligée et incontournable vers la fin de la crise multi-décennale et le retour à la normalité », soulignent-ils.

Pour information, ils étaient 3 acteurs politiques à tenir les mêmes propos le 8 janvier dernier. Le 3ème est Nathaniel Olympio, le président du Parti des Togolais.