Pour s’offrir Fodoh Laba, il faut casser la tirelire…

par icilome.com

En marge de la réception du Prix du meilleur joueur togolais évoluant à l’étranger lors de la saison 2018-2019 décerné à Kodjo Fodoh Laba, son manager en a profité pour aborder quelques questions liées à l’actualité de l’attaquant. Et aborde sa valeur marchande.

L’international togolais qui défend aujourd’hui les couleurs d’Al-Aïn aux Emirats Arabes Unis est sollicité par d’autres clubs. C’est que ce laisse entendre Fidèle Bengue, son manager, le lundi dernier peu après que le Prix du meilleur joueur togolais de l’étranger de la saison 2018-2019 a été remis au lauréat en personne.

Un transfert « n’est pas exclu. Il y a beaucoup de clubs de Ligue 1 qui se sont renseignés récemment sur lui. Après la saison à Berkane, il y a eu des offres européennes mais ce n’étaient pas des offres très alléchantes que ce soit sportivement ou financièrement parce qu’il faut allier les deux. Je peux vous dire qu’il a eu deux offres venant de Clermont Foot et de Gnenoble en Ligue 2 », révèle-t-il.

Fidèle Bengue rappelle qu’« Aujourd’hui, le foot c’est un métier et il faut vivre de son travail ». En clair, il faut considérer beaucoup de paramètres notamment la famille, ses proches avant l’acceptation de toute offre. « Al-Aïn aussi est un club qui ne joue que les premiers rôles dans le golfe. Le club était très ambitieux donc on n’a pas hésité à signer », ajoute-t-il.

Selon lui, la valeur marchande de son protégé vaut « deux chiffres devant les 6 zéro. Imaginez ce que cela peut donner en Euro ou en Dollar ». Il faut donc casser la tirelire.

Quoi qu’il en soit, le départ de l’attaquant de la Renaissance sportive de Berkane du Maroc pour le Golfe, à l’issue d’une bonne saison soldée par une finale en Coupe CAF (Confédération africaine de football) a été plus motivé par le côté financier que par le sportif. Une erreur de choix pour un joueur qui avait largement sa place ne serait-ce que dans un bon club de Ligue 2 en France.

A.H.